Mektoub, my love/ Canto Uno : Hymne à la vie

A l’aube du prochain festival de Cannes, voici le premier de mes deux films préférés cru 2017… Eté 94, Amin devenu parisien où il espère devenir réalisateur, revient à Sète.  Il y retrouve Tony le cousin séducteur, avec qui il croise deux vacancières qui les retrouvent chaque soir dans le restaurant familial, lieu symbolique, lieu de rendez-vous avant la fête. Un marivaudage se met en … Continuer de lire Mektoub, my love/ Canto Uno : Hymne à la vie

#ellesdéchirent : Kathryn Bigelow

Elle est la seule…

alg-kathryn-bigelow-jpg.jpg

En 90 années d’oscars, Kathryn Bigelow est le première et seule femme à avoir remporté l’oscar de la meilleure réalisatrice. Pour un film tout petit, sorti maladroitement en salle par un distributeur qui n’y croyait pas trop, avec ses recettes de 17 millions de dollars, comparé à l’ogre « Avatar » qui régnait sur le box office mondial avec ses plus de deux milliards de recettes. Continuer de lire « #ellesdéchirent : Kathryn Bigelow »

#Avent2018 – jour 30 : Les vrais héros du quotidien

Oublions un temps les Avengers, renvoyons Batman à sa retraite. Mes héros 2017 se nomment Ambre, Camille, Jason, Charles, Imad et Tugdual.

sans-titre-2

En filmant le quotidien de 6 enfants atteints de différentes maladies invalidantes, Anne-Dauphine Julliand a fait un choix terriblement audacieux qui fait de « Et les mistrals gagnants » un film si singulier : se mettre à la hauteur des enfants. Continuer de lire « #Avent2018 – jour 30 : Les vrais héros du quotidien »

#Avent2018 – jour 7 : Top of the Lake : China Girl

IMG_E4817[2]

Comme souvent, quand un-e réalisateur-trice du cinéma se lance dans l’univers de la série télé, en s’investissant réellement dans le projet, ça nous donne des merveilles. On citera l’inévitable David Lynch et son « Twin Peaks », les Wachowski avec « Sense 8 » ou encore David Fincher avec « House of Cards » et plus récemment le fascinant « Mindhunter » (qui aura droit à son article aussi)…

30144

Continuer de lire « #Avent2018 – jour 7 : Top of the Lake : China Girl »