De l’usage des papiers inutiles

Je vous avais laissés sur cet article, pantelants devant tant de suspense : mais que faire de tous nos p’tits papiers ???

Pour rappel, je ne parlais ni de vos vieilles factures EDF, ni de la feuille de prescription de votre médecin, mais plutôt du potentiel poétique, graphique et esthétique de ces petits papiers « négligeables », souvent sous-estimés alors que porteurs de plein de possibilités.

L’usage le plus « classique » qu’on peut en faire, c’est le scrapbooking, ou le carnet de voyage.
carnet voyage, collage, instax, photos collage, photomontage Lire la suite

L’amour des p’tits papiers

diy, customisation, collage, petits papiers, cartes de visite, assemblage papiers, scrapbooking, zakkaVous les connaissez, les p’tits papiers.
Ils se retrouvent souvent à la poubelle, un triste destin !

Les tickets de cinéma, les tickets de caisse, les billets de musée, les post-it où votre collègue a dessiné un magnifique poney stylisé, la carte de visite de votre belle-sœur ou d’une créatrice de bijoux inspirée, ce flyer publicitaire, ce dépliant artistique pour le théâtre d’à côté, ce mini-plan du métro de Londres…

(Bon, peut-être que le plan d’instructions Ikea et la notice de votre Doliprane ont vraiment leur place à la poubelle une fois utilisés !) Lire la suite

Et c’était 2016…

2016

Faire des tops, c’est ma grande passion !

Mais faire le bilan de l’année 2016, c’est surtout faire le bilan de toutes les choses qui sont dans les bilans des autres et qu’on a raté… Et ça fait mal…

Lire la suite

I’m never gonna dance again…

… The Way I Danced With You. (Careless Whispers)

(Je ne danserai plus jamais comme je dansais avec toi)

     C’est pas marrant de faire des nécros, surtout quand, en parlant d’un artiste qu’on admirait, on tape dans les madeleines de l’enfance en se remémorant des moments, des instants.

5053877_6_f80f_le-chanteur-qui-a-connu-le-succes-avec-le_a64b797e4256baf188a0f73bf2417ab2

    Il n’y a encore pas si longtemps, je considérais que les plus belles chansons d’amour étaient « Your Song » d’Elton John et « Careless Whispers » de George Michael. Pourquoi? Parce que le mot « amour » n’y était pas mentionné. Bon, évidemment, il y a de très belles chansons qui parlent d’amour en entourant le mot en question de sonorités merveilleuses. Mais dans mon adolescence, les chansons où « Love » était mentionné tous les 4 mots étaient affreusement nombreuses et tuaient le sens du mot, en faisaient un gimmick… Elton John et George Michael avaient fait quelque chose qui me remuait, ils parlaient d’amour sans jamais en utiliser le mot, comme pour sous-entendre que ce n’était pas le « Love » de Whitney Houston, beuglé jusqu’à explosion des tympans, qui pouvait au mieux parler de sentiment, mais des danses, des mots non dits et des soupirs irréfléchis. Lire la suite

When there’s something strange in your neighbourhood*

Si l’été 2016 aura été marquant pour moi c’est pour cette belle vague de nostalgie qui m’a saisie au détour du mois d’Aout…

giphy

Quand Netflix a lancé sa série de l’été, Stranger Things, ils ne se doutaient pas qu’ils allait déclencher toute cette vague d’amour. Lire la suite

Le rouge intense et d’autres histoires

Ici la parole est libre, les habitués sont invités à participer au blog !
Saviez-vous que la bibliothèque dispose d’un joli jardin, soigneusement entretenu par un de nos lecteurs ?
C’est lui qui vous en parle aujourd’hui, et il y en a, des choses à dire, sur ce petit jardin !

L’heure d’été. Les vacances sont à portée de main. La nature – et en particulier le petit jardin de Michel – ne connaissent pas ce mot : vacances. Arroser, planter, récolter, biner, sarcler, repiquer, composter et bien d’autres activités sont à faire en continu. L’attention en cet endroit insolite se relâche en ce moment et la nature reprend le dessus. Actuellement, je laisse la nature prendre le pas sur la culture. Départ imminent pour congé oblige…

poppy, coquelicot, pavot

coquelicot (détail)

Le rouge est tombé sous mes yeux !
Ce feuilleton s’inspire d’une rencontre ayant eu lieu au cours de mes activités journalières. Trois coups de pédale avant mon arrivée, je vois près de moi un homme ni particulièrement grand, ni particulièrement petit. Lire la suite

L’indésirable bagatelle à carrosserie métallique

Ici la parole est libre, les habitués sont invités à participer au blog !
Saviez-vous que la bibliothèque dispose d’un joli jardin, soigneusement entretenu par un de nos lecteurs ?
C’est lui qui vous le présente aujourd’hui, et il y en a, des choses à dire, sur ce petit jardin !

oiseaux louise michel, jardin louise michel, mésanges charbonnièresSuite du premier épisode : L’histoire se répète !

Vendredi dernier, après une courte période de silence dans le petit jardin, j’ai entendu et ensuite découvert qu’il y a de nouveau un couple de mésanges charbonnières (Parus major), qui nourrissent des piafs dans le nichoir sur l’arbre. Eh oui, les logements sont rares et précieux à Paris. Un studio ici ne reste pas longtemps inhabité ! Le temps passe vite et le nichoir doit se libérer au plus tôt. Le bail a une durée de 7 semaines : 14 jours de couvaison, 20 jours à materner dans le nid puis 14 jours où les jeunes hors du nid sautent de branche en branche. Ils ne savent pas encore se balancer dans l’air. Vous pouvez les entendre partout dans le jardin. Leurs appels de mendicité et leur beau chant sont à ne pas manquer. Bientôt, ils seront prêts pour la vie. Voilà quelques photos des nouveaux locataires : Lire la suite

Le jardin de Michel

Ici la parole est libre, les habitués sont invités à participer au blog !
Saviez-vous que la bibliothèque dispose d’un joli jardin, soigneusement entretenu par un de nos lecteurs ?
C’est lui qui vous le présente aujourd’hui, et il y en a, des choses à dire, sur ce petit jardin !

Bienvenue,

Vous avez choisi la page « le jardin de Michel » de la bibliothèque Louise Michel. Je me présente : je suis donc Lire la suite

John Oliver – l’impertinence au service de l’information

J’invite tous ceux qui pensent lire ici une biographie de John Oliver, homme politique canadien né le 31 juillet 1856 à passer leur chemin, car cet article a pour sujet son non moins célèbre homonyme (John Oliver était sûrement célèbre aux yeux des paysans de la Colombie-Britannique au XIXe siècle) John William Oliver, comédien britannique originaire de Birmingham!

Le vrai John Oliver (pas le canadien mort au XIXe siècle)

Le vrai John Oliver (pas le canadien mort au XIXe siècle)

Ceux qui me lisent sont donc déjà perdus et se demandent « mais qui est donc ce « je » qui nous harangue à coup de John Oliver? Déjà il ne peut y avoir qu’un John, notre Johnny national (je parle ici de l’homme primé aux Oscars pour son rôle dans Optic 2000 mon amour) et ensuite que peut m’apporter cet énergumène qui ressemble drôlement à Harry Potter? » Lire la suite