Café de Louise : Février 2018

Le Café de Louise est un rendez-vous culturel et convivial qui se déroule tous les 15 jours à la bibliothèque. Vous êtes invités à nous rejoindre pour présenter vos découvertes ou tout simplement pour écouter et déguster quelques douceurs autour de thé et de café…

Vous trouverez, en cliquant sur les photos ci-dessous, les titres présentés en ce mois de Février :
Continuer de lire « Café de Louise : Février 2018 »

Café de Louise : Décembre 2017

Le Café de Louise est un rendez-vous culturel et convivial qui se déroule tous les 15 jours à la bibliothèque. Vous êtes invités à nous rejoindre pour présenter vos découvertes ou tout simplement pour écouter et déguster quelques douceurs autour de thé et de café…

Vous trouverez, en cliquant sur les photos ci-dessous, les titres présentés en ce mois de décembre : Continuer de lire « Café de Louise : Décembre 2017 »

#Avent 2018, jour 29 : Inséparables

Attention : coup de coeur absolu et émotions à tous les étages !

J’avais déjà entendu parlé de ce livre sur d’autres blogs de critiques et nous l’avions acheté en nous disant que c’était original et que ça titillait notre curiosité : en effet, c’est l’histoire de deux soeurs jumelles de 16 ans, siamoises par la hanche, et leur histoire est racontée en vers…

Cela vous fera peut-être penser au roman Songe à la douceur de Clémentine Beauvais, histoire d’amour racontée en vers, dont Claire vous avez déjà parlé ici. Et, devinez quoi, vous auriez raison car Clémentine Beauvais est d’ailleurs la traductrice de ce roman de Sarah Crossan et c’est parfait.

Continuer de lire « #Avent 2018, jour 29 : Inséparables »

De rêves et de papiers

Rozenn Le Berre a passé 547 jours à travailler dans un service de l’aide à l’enfance chargé de l’accueil de migrants mineurs isolés étrangers. Après avoir décidé de démissionner, elle a commencé a écrire ses rencontres, témoignages, souvenirs, pour ne pas oublier et pour témoigner de la manière dont sont accueillis les jeunes migrants. Ce livre retrace ces tranches de vie, le quotidien d’un travailleur social dont la tâche est tellement importante qu’elle peut faire basculer des vies. En parallèle, l’autrice intercale entre ses notes une fiction inspirée de tous ces visages et de tous ces parcours : celle de Souley, jeune malien qui traverse le Sahara et la Méditerranée pour arriver en France, où son parcours est loin d’être terminé… Continuer de lire « De rêves et de papiers »

Les Cafés de Louise d’octobre

Quel plaisir de retrouver nos habitudes en ce mois d’octobre avec des cafés de Louise riches en lectures, en rencontres et en gourmandises !   Le Café de Louise est un rendez-vous culturel et convivial qui se déroule tous les 15 jours à la bibliothèque. Vous êtes invités à nous rejoindre pour présenter vos découvertes ou tout simplement pour écouter et déguster quelques douceurs autour … Continuer de lire Les Cafés de Louise d’octobre

lola lafon, mercy, mary, patty

Rentrée littéraire 2017 : ce que j’ai aimé, ce que j’ai adoré, ce que je n’ai pas compris…

Vous avez vu ce titre hyper-concis et efficace ?

L’introduction, c’est tellement 2016, maintenant un titre bien ficelé, et hop, on est dans le vif du sujet !

Plus sérieusement, cette année je me suis allègrement servie dans la bibliothèque numérique pour faire mon petit marché de la rentrée littéraire. Et cette année, voilà les titres que j’ai lus, avec pour certains de vrais coups de cœur, et pour d’autres, un peu de perplexité… Continuer de lire « Rentrée littéraire 2017 : ce que j’ai aimé, ce que j’ai adoré, ce que je n’ai pas compris… »

Vénéneux et magistral, le premier roman d’Emmanuelle Caron

Tous les âges me diront bienheureuse : retenez bien ce titre de la rentrée littéraire 2017, vous allez forcément en entendre parler !

emmanuelle caron, tous les âges me diront bienheureuse, premier roman 2017, rentrée littéraireCe roman s’adresse à ceux qui aiment être charmés par une langue belle et organique, qui m’a rappelée celle de Valentine Goby ou de Léonora Miano. Continuer de lire « Vénéneux et magistral, le premier roman d’Emmanuelle Caron »