Les BD qui déçoivent…

DSC03965… Parce qu’il n’y a pas que les recommandations littéraires, à la bibliothèque.
Il y a aussi ce moment de flottement , quand une lectrice (ou un lecteur) nous demande un conseil, où on regarde la BD qu’on vient d’attraper sur le rayonnage parce qu’on vient de la lire, et on entend alors la petite voix interne nous dire: « bah tu l’as pas beaucoup aimée celle-là, tu ne peux pas lui proposer ».

Souvent je n’aborde même pas la chose, parce que c’est bien connu : Lire la suite

« J’arrive dans 5 minutes » : la chaîne de booktubing de la bibliothèque !

Ça faisait quelques temps que cela nous trottait dans la tête et ça y est, nous nous lançons ! Et nous sommes très heureux de partager ça avec vous et de vous présenter J’arrive dans 5 minutes, la toute nouvelle chaîne de booktubing de la bibliothèque.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le bookubing, et bien c’est un mot qui mélange « book » et « YouTube ». Autrement dit, le booktubing est une façon de présenter ses coups de cœur de lecture en vidéo ! En ce qui nous concerne, ce sera bien sûr l’occasion de parler bouquins (pour les grands et comme pour les petits), mais aussi musique, films et tout ce qui nous plaira. Et tout ce qui vous plaira aussi, puisque nous comptons sur vous pour venir participer et partager vos coups de cœur  !

Allez, on vous laisse découvrir le premier épisode de cette nouvelle aventure, le premier d’une longue série, on l’espère … Et aujourd’hui je vous parle de BD pour les enfants !

When there’s something strange in your neighbourhood*

Si l’été 2016 aura été marquant pour moi c’est pour cette belle vague de nostalgie qui m’a saisie au détour du mois d’Aout…

giphy

Quand Netflix a lancé sa série de l’été, Stranger Things, ils ne se doutaient pas qu’ils allait déclencher toute cette vague d’amour.

Stranger Things, c’est l’histoire d’une petite ville de banlieue américaine paisible, où les enfants adorent les parties de Donjons et dragons dans le garage, où les ados découvrent l’amour et où les adultes tentent de surnager… Et puis tout se bouleverse quand un enfant disparait et où apparait de son côté une jeune fille mystérieuse qui a des pouvoirs magiques…

Stranger Things est une madeleine, un hommage aux films Amblin de la grande époque (Poltergeist, les Goonies, E.T., entre autres) ou encore Stand by me, Evil dead, les comédies romantiques de John Hughes… Le tout sous un son de synthé qui rappelle les musiques de Carpenter du meilleur du ciné fantastique de l’époque. Stranger Things c’est une série qui emprunterait à tout ce beau monde, aurait digéré Twin Peaks et les X-Files (encore des madeleines de samedis soirs en famille) pour nous offrir une œuvre réjouissante, effrayante à souhait, à savourer sans gâcher son plaisir un peu coupable de nostalgique invétéré…

La beauté de cette série, c’est de nous rappeler un peu combien les films de nos enfances de trentenaires, combien ces banlieues américaines, ces parties de Donjons et dragons, ces VHS et ces poursuites en vélos appartiennent désormais au patrimoine collectif de l’imaginaire, qu’on peut, rien qu’en les regardant, savoir à quelle époque tout ça se situe, et avoir une petite pincée de nostalgie qui nous titille… La nostalgie, cette chose douce-amère qui ravive les flammes du passé, qui nous ramène en des lieux magiques, qui a éliminé les choses tristes pour ne garder que le meilleur du passé.

Ne nous voilons pas la face, ces dernières années, nostalgie a beaucoup rimé avec « exploitation sale de vos souvenirs d’enfances afin de générer une masse substantiel de revenus ». A exploiter nos souvenirs d’enfance de manière éhontée, certains vilains esprits usent et abusent de concepts magiques qu’on va saigner jusqu’à la dernière goutte. Rien que cette année, on nous ressort une nouvelle série « MacGyver », une série « L’arme Fatale », on refait « Ghostbusters », Murder et Scully ont repris leurs enquêtes… Pour un remake magique de Star Wars, pour un Stranger Things foisonnant et émouvant, pour un Super8, beaucoup de déceptions, d’impressions de se faire avoir par des producteurs en mal d’idées… Et de fait, je comprend, bien que je ne m’applique pas cette formule, ce qu’un discours passéiste peut avoir de nocif: syndrome de Peter Pan, dénigrement régulier de la nouveauté, « c’était mieux avant »

VideoClub_VHS_Piratage_Cassette_Video_INA

Mais, en dépit de tout ça, je suis un nostalgique. Un indécrottable. Mon enfance fut faite de rendez-vous, d’instants récurrents et clés qui ont forgé ma personnalité geekesque, cinéphile, et dévoreur de tout.  Stranger Things, ça m’a rappelé pleins de trucs… Passer le samedi après-midi au vidéo-club pour choisir le film qu’on allait regarder le soir en famille… Revoir Ferris Bueller, Ghostbusters, Indiana Jones ou Batman pour la 100ème fois… Passer à la médiathèque pour ramener 1000 documents pour en reprendre d’autres, lire Gaston, Mafalda, Manu et Lucien… Bref, tout un univers de choses qu’il fait bon de ne pas oublier…

Et aujourd’hui j’ai la trentaine bien avancée et j’ai choisi un métier qui me permet un peu d’entretenir cette part de moi. Je suis bibliothécaire et j’ai l’impression d’être l’artisan d’une nouvelle génération de nostalgiques, de fournir ces petites traditions à d’autres, d’être un transmetteur de bonnes vibrations, d’offrir un havre de paix aux uns et un lieu où on trouve tout à d’autres.

Je les vois, les familles, passer le samedi et aller voir mon fonds de DVD et prendre leurs films pour le soir et le dimanche, charger quelques BD et prendre 10 minutes pour un bazar-bizarre. Je suis devenu l’artisan de leurs traditions à eux… Je les vois, les enfants qui passent à la sortie de l’école emprunter Star Wars, Pacific Rim mais aussi Stand By Me, Princess bride ou les Goonies… J’imagine aussi les papas et mamans de mon âge qui transmettent tous ces souvenirs à leurs mômes au hasard d’un bac de BD, d’un roman, d’un film qui marche comme une bonne madeleine…

X3

J’imagine les enfants de la bibliothèque, peut-être juste deux ou trois, se dire dans 20 ans: « c’était génial, on allait à la bibliothèque en sortant de l’école, je prenais mon goûter et après j’allais causer avec les bibliothécaires autour d’un jeu de société. Et puis j’ai lu ça et ça, et j’ai revu ce film pour la 100ème fois, je connais les dialogues par cœur, mais c’est pas grave! C’était chouette… »

 

*Quand il y a un truc étrange dans ton quartier… Allez, vous avez saisi la référence, sinon, c’est là!

Enregistrer

Enregistrer

New York jusqu’à … Z

Il fallait bien deux articles pour arpenter New York de A à Z ! Voici donc le 2e opus de cet abécédaire new yorkais après le A à M … voici venir le N à Z !

Des romans, des films, de la musique, des séries … New York se décline sous toutes les formes : un régal pour les bibliothécaires !

Manhattan

Lire la suite

Keep talking and nobody explodes : Explosion entre amis.

A priori, si vous êtes né quelque part entre maintenant et l’âge de pierre – Bibliothèque Louise Michel : des prises de risque dès l’introduction ! – vous avez forcément connu un jour cet incroyable cliché cinématographique du héros seul, face à une bombe prête à exploser, avec au bout du fil l’expert en charge de sauver la situation.

keeeep

Ce duo héroïque finira probablement l’épisode autour d’un verre – Sauf si l’un des deux doit prendre sa retraite bientôt – se remémorant avec délice l’incroyable succès passé. (Note : ce cliché est malheureusement incompatible avec cet autre morceau de gloire cinématographique).

Lire la suite

New York de A à …

M … pour commencer !

New York, ville monde, ville rêvée, fantasmée, imaginée, parodiée, adorée ou détestée est une manne pour les bibliothécaires que nous sommes.

en-vue-n80-sep-oct-2016Pas étonnant donc, que la Une du magazine En vue affiche l’Empire State building et que les bibliothèques parisiennes vous proposent en septembre et octobre des expositions, conférences, rencontres, projections, … sur cette thématique.

new-yorkMais alors, par où commencer pour vous parler de New York ? Quel fil tirer pour évoquer cette ville qui a été pendant longtemps en tête de la liste de mes voyages imaginaires et dont j’ai foulé le bitume par 2 fois depuis lors ?

book-shopComme je suis, malgré mes efforts, bibliothécaire jusqu’au bout des doigts de pieds, j’ai opté pour le sacro-saint ordre alphabétique ! Alors en route pour un voyage culturel  à New York de A à Z (abécédaire totalement subjectif qui prête à débat entre moi même et moi même !) avec en prime quelques adresses à tester ou endroits à visiter pour celles.ceux qui partiraient bientôt !

Lire la suite

Trouver le temps de lire

… Quoi ?
Scandale !
Une bibliothécaire qui se plaindrait de ne pas avoir le temps de lire ??

Et pourtant je suis sûre que vous aussi, vous vous êtes déjà dit : « en ce moment, je n’ai pas le temps de lire ».

giphy
Bon, si je suis honnête, Lire la suite

Plein de grenouilles à grande bouche

Grenouilles

Je ne me lasse pas de l’histoire de la grenouille à grande bouche. Et pourtant, j’ai bien dû la raconter plusieurs dizaines de fois à des classes, à des petits, à des plus grands et encore à des petits. Ça fonctionne à chaque fois. On aime toujours son périple en-dehors de sa mare pour essayer de trouver autre chose à manger que des mouches. Elle continue à nous ravir avec ses « Et tu manges Kôooaaa Tôaaaa ? » tandis qu’elle parcourt la savane à la rencontre de différents animaux. Bref, j’adore et les enfants adorent aussi.

Et bien aujourd’hui, ce sont deux histoires de grenouilles à grande bouche dont je vais vous parler, deux histoires réinterprétées chacune à leur manière, de cette joyeuse aventure sautillante.

Lire la suite

Quoi de plus normal qu’infliger la vie ?

Couv_275311Qu’il est agréable qu’une bande dessinée épargne à l’honnête rédacteur de trouver un titre percutant pour son article, tant le titre du livre se suffit à lui-même.

« Quoi de plus normal qu’infliger la vie ? » est plus qu’une bonne BD. C’est une bonne BD nécessaire, qui se joue avec humour et outrance d’un sujet pour le moins casse gueule : Le désir de ne pas avoir d’enfant quand l’on est une femme.

 

Lire la suite

Com’ with Louise épisode 2 : Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé…

sven

Suite de notre grande saga de l’été Com’ with Louise sur la communication à la bibliothèque Louise Michel. Pour le replay de l’épisode 1 c’est par ici. Et pour ce nouvel épisode, on vous emmène au coeur de l’action avec une sorte de journal de bord sur un mois de la com’ à la bibliothèque.

Cette histoire est entièrement inspirée de faits réels. Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé est loin d’être fortuite.

Lire la suite