Merveilleux ce Merveilleux

CVT_Le-Merveilleux_830Le héros de ce roman brille de mille feux. Il attire toutes les convoitises, exalte les rêves et les fantasmes, ébranle les consciences, bouleverse les cœurs et réveille les instincts les plus primitifs de l’Homme. Il a la couleur du ciel et un parfum de terre, de sang et d’argent. Il nous fait voyager du fin fond de l’Inde à l’Angleterre, dans un XIXème siècle colonial et nous emmène tour à tour à la rencontre d’un forgeron du Cachemire, d’un marin à l’âme d’explorateur, d’un valet à l’étoffe de prince, d’un diamantaire peu scrupuleux et même d’un poisson vorace.

Le merveilleux est un saphir. Un trésor inestimable né au cœur des montagnes reculées du Cachemire, au nord de l’Inde.

[…] on nous a dit qu’un certain Pargu ou Rugpa, je ne me rappelle pas son nom – je devrais ! – mais je sais qu’il était forgeron, utilisait le sauriatna, comme ils appellent le saphir, pour aiguiser des outils. Cela m’a paru énorme de crétinerie, mais bon, c’était plausible techniquement. Le saphir est la plus dure des pierres, juste après le diamant. Neuf sur dix sur l’échelle de Mohs. On pourrait polir de l’acier trempé dessus. Nous voilà donc à la recherche du forgeron, que nous trouvons. […] Tu vois le tableau : le forgeron nous invite dans son gourbi infect et rabougri, le polyglotte lui déverse ses salades, et paf ! le sauvage sort d’un chiffon crasseux un saphir gros comme mon poing.

Tout au long du livre, le joyau passe de main en main, et le lecteur, de personnage en personnage pour plonger chaque fois dans un nouveau destin. Des tranches de vies qui sont presque des nouvelles, formant toutes ensemble ce roman d’aventure plein de violence et d’humanité, porté par la belle écriture de Jean-François Chabas.

A découvrir au rayon des romans ado de la bibliothèque mais qui peut tout à fait être dégusté par les adultes !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Merveilleux ce Merveilleux »

  1. bonjour Louise et les canards sauvages,
    2015 voeux de bonheur, d’amitié et de sincérité, je vous souhaite. Puise cette année être semée de belles découvertes littéraires dans cet écrin de culture qu’est la bibliothèque Louise Michel.
    Un croqueur de millefeuilles
    Philippe

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s