Histoire d’amour en bibliothèque…

Je suis partie en vacances en emmenant dans mes bagages ce bon pavé avec un titre accrocheur et une couverture parsemée de bouquins en me disant « mmm, ça m’a l’air d’être le parfait livre de l’été ! » et c’est vrai que j’ai particulièrement apprécié cette romance pendant mes vacances !  Et non, ça ne parle pas de vampire… Je ne sais pas vous mais ce titre me donnait l’impression que c’était une sorte de nouveau Twilight… Mais non, pas du tout du tout, et ça m’a d’autant plus intriguée !

Alors oui, mon parfait livre de l’été se doit d’être une histoire d’amour ou au moins que, dans l’intrigue, il y ait un petit sentiment de romantisme. Et là, c’est vraiment le cœur du roman et tant mieux (c’est mon côté fleur bleue, que voulez-vous…)

Et c’est mon livre de l’été même si ça se passe en plein hiver, même si ça parle de bibliothécaire agoraphobe et d’enfant phobique, c’est surtout un très bon feel good book qui se dévore ! Alors, même si les vacances sont terminées, penchez-vous donc sur ce roman qui ne laisse pas indifférent…

Continuer de lire « Histoire d’amour en bibliothèque… »

Publicités

Aimer à en perdre la raison…

Il y a peu je vous parlais de mes travaux d’études sur la romance et des raisons qui m’ont poussée à choisir ce sujet.

Je vous présente aujourd’hui un titre issu de mes lectures favorites :

Passion simple, Gallimard, 1991.

« À partir du mois de septembre l’année dernière, je n’ai plus rien fait d’autre qu’attendre un homme : qu’il me téléphone et qu’il vienne chez moi.” (quatrième de couverture) Continuer de lire « Aimer à en perdre la raison… »

Premiers baisers et canards rougissants

Dis-moi indocile Angelica, délicieuse effrontée, trouveras-tu l’amour en embuscade, finalement conquise par le highlander, dans le boudoir des délices ?

Et puis si genre il n’y a personne dans le boudoir, ni lord convoité, ni cowboy à l’horizon, t’as qu’à essayer à droite de l’accueil, à la bibliothèque Louise Michel, dans une romantico-magnifique étagère…

Car oui, les canards croient à la romance et souhaitent accorder une place de choix aux romans sentimentaux car ils sont persuadés qu’il n’y a pas de plaisir coupable, juste du plaisir de lire.

Continuer de lire « Premiers baisers et canards rougissants »