A lire cet été : Big easy de Ruta Sepetys

Années 50. Nouvelle-Orléans. Quartier Français.

Au vu de ces trois informations, on peut facilement imaginer s’égarer dans les folies du Mardi-gras dans le « Vieux-carré ». Cependant ce n’est pas dans cet univers jazzy et festif que l’autrice, Ruta Sepetys, a voulu nous transporter. Loin des beaux quartiers, du Jazz et des fêtes mondaines, on entre, dans ce roman, dans les coulisses sombres de cette ville mondialement connue. Entre pauvreté, mafia et prostitution, on est très loin du cadre des cartes postales où des feuilletons historiques idylliques où les personnages roulent dans une Chevrolet Bel air ou une Delahay 135 en sirotant du champagne dans des coupes dans un hôtel de prestige. On suit une fille de prostituée qui n’a qu’un seul rêve,  s’échapper de cette vie aussi dangereuse que miséreuse pour entrer dans le monde des études et de la littérature qui la fascinent ; ce qui, du fait de son origine sociale et son sexe, s’apparente presque à un nouveau volet de mission impossible. Ruta Sepetys bâtit un personnage qui sort du lot.

Nouvelles Orléans – années 50

 

Jeune fille déterminée, Joséphine Moraine, affronte courageusement tous  les obstacles qui se dressent  sur son chemin vers ses études avec un courage remarquable.  L’esprit vif et bagarreur, Jo ne se laissera jamais intimider, ni par le patriarcat qui la remet souvent en face de la triste réalité de ce monde d’hommes (un monde où les femmes doivent bien trop souvent se plier à leur désirs ), ni par la mafia qui la mêle dans son trafic , ni par la sévère mère maquerelle de la maison close où ce qui lui sert de mère biologique travaille, ni par le capitalisme fleurissant qui ne cesse de lui rappeler qu’elle est l’enfant du néant et qu’elle n’a que peu d’espoir de sortir du monde de la pauvreté.

Joséphine est un personnage fort et droit dans ses souliers de femme de ménage et de libraire, et qui se laisse rarement aller à autre chose qu’à sa détermination à faire des études dans une des très rares universités à accepter les filles, loin, très loin de cette ville qu’elle déteste et où elle n’est pas vraiment en sécurité. Même lorsque l’amour tape à sa porte, Joséphine passe son chemin pour réaliser sa promesse. Ne jamais ressembler à sa mère. Et donc ne jamais dépendre d’un homme pour quoi que ce soit, même si c’est dans l’amour.

Ce livre m’a fait ressentir beaucoup de tendresse et de solidarité féminine. On observe les espoirs et les rêves de cette jeune femme à tel point qu’on peut ressentir l’espoir avec elle. On veut qu’elle réussisse, qu’elle s’émancipe de ce monde qui la sous-estime pour la voir s’envoler vers ce qu’elle souhaite être. Sa personnalité qui reste sensible à ces semblables malgré les verrous affectifs qu’elle a été contrainte de mettre en place pour avancer,  nous attache instinctivement à elle. Sa clairvoyance sur le monde qui l’entoure est aussi très attractive. On se demande comment une femme aussi jeune peut avoir autant de connaissances sur les personnes, les choses et le fonctionnement du monde. Bien que dès le début on apprenne qu’elle est très intelligente et adroite, ayant appris à lire toute seule et sachant à merveille faire des Martini à à peine 7 ans ( ce qui n’est pas aussi simple qu’on le croit), ses remarques bien placées peuvent parfois nous faire esquisser un sourire ou nous surprendre.

Ruta Sepetys

J’ai absolument adoré ce livre. Par son aspect ultra réaliste sur la condition des femmes (des prostituées dans les maisons closes notamment, mais aussi par les difficultés que rencontre Josie avec les hommes qui l’entourent), mais aussi celle des ouvriers des quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans.  C’est un livre qui traite donc beaucoup des conditions de vie peu fameuses du quartier français, mais à travers les yeux d’une jeune fille qui ne se laisse pas avoir par ces calamités. Et c’est cette lueur d’espoir qui nous fait vibrer. Cette petite lumière féministe et émancipatrice nous illumine pendant la lecture et nous laisse toujours une douceur dans l’esprit.

Retrouvez ce titre en bibliothèques.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s