Mon cœur vient du désert d’Atacama

Bon, même si je conseille jour après jour de merveilleux livres de SF, fantastique et fantasy dans ma bibliothèque, il m’arrive rarement de prendre la plume (le clavier, donc) pour venir en parler sur le blog. Mais j’avais envie de faire ici exception pour un livre qui m’a beaucoup touché, remué : « Mon coeur vient du désert d’Atacama », de Juliette Bouchet.

L’histoire n’est pas simple à conter : alors que le monde touche à sa fin, on y suit la trajectoire d’un mère, Phaedra, et sa fille, Bellone, qui vivent dans un environnement préparé à l’éventuel effondrement de nos sociétés, au fond du Berry, avec Pablo, ingénieur qui met au point dans le plus grand secret des robots, les artilects, auxquels il confère le savoir et les plus beaux traits de notre humanité. Phaedra, elle, notre héroïne, est le fruit d’une lignée de femmes qui de générations en générations, n’ont pas su se transmettre l’affection et l’amour nécessaires, et veut désespérément changer les choses avec sa propre fille, avant qu’il ne soit trop tard.

71nl1GLtHML

Le désert d’Atacama se situe au Chili. C’est une terre si perdue, l’une des plus arides au Monde. Une terre sèche, un coeur en perdition…

Ce roman, c’est, avant même son récit collapsologique, un émouvant portrait de deux générations de femmes qui cherchent à se reconstruire, à bâtir un avenir là où la société des hommes a échoué. Un projet intimiste qui touche aussi par le parallèle indirect que l’autrice fait de la trajectoire de Phaedra avec celui de notre terre, anéantie par la soif de plus, l’incapacité à se réguler, et l’obsession du contrôle… Un roman engagé, d’une certaine manière, dans sa façon de placer la femme au cœur du projet de renaissance du monde et dans ce qu’il dit aussi de la condition féminine et du fait que cette dernière est symptomatique de l’anéantissement possible de nos sociétés si nous ne changeons rien.

ex_machina_9-1
Alicia Vikander dans « Ex-Machina » d’Alex Garland. Dans le roman, le questionnement de l’humanité des machines est l’un des éléments les plus forts.

La transmission est aussi le cœur de l’œuvre, d’une mère à sa fille, mais aussi de l’humain aux robots, lesquels sont voués à reprendre en main le monde quand il disparaîtra. Ici encore, on sent une forte envie de dénoncer le pire pour encenser le meilleur. Qu’il s’agisse de Bellone ou des robots, on suit leur évolution au fil du récit, leur attachement à changer les choses, à ne plus agir en victimes, tout en prenant conscience des sacrifices, des choix qui se présentent devant eux.

L’autrice n’en oublie certes pas l’apocalypse et ses codes et parvient à l’ancrer de façon tristement crédible dans l’évolution de notre monde. Après les smartphones viendront les implants qui permettent de communiquer plus vite, de vivre plus longtemps, de s’armer… Viendront les ressources qui disparaissent, viendra l’explosion sociale qui anéantira les villes et gagnera les derniers espaces libres, viendra l’irrémédiable menace nucléaire, etc… Difficile d’en dire trop sans déflorer l’intrigue, mais cette lecture m’a effrayé aussi par ce rapport si proche qu’entretient la fin du monde avec mon quotidien, l’actualité, celle d’hier, d’avant-hier… Pas de zombies, pas de virus virtuel, non, juste la chute programmée telle qu’elle se déroule sous nos yeux, comme un glaçon qui se délite doucement dans le fond d’un verre.

Mon coeur vient du désert d’Atacama est un roman court qui semble avoir été écrit dans une forme de colère, une envie violente de changer les choses, à plein de points de vue. Cette férocité, on la ressent et on la partage. C’est là que la science-fiction est à son meilleur, quand elle sait ouvrir les consciences, quand elle touche au drame humain autant qu’au drame du monde : une grande révolution du monde vue au travers d’un œil humain, un regard intime et personnel, un parcours inédit et en même temps universel.

Mon coeur vient du désert d’Atacama est disponible ICI !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s