Sous les branches de l'udala, chinelo okparanta

#ellesdéchirent : Chinelo Okparanta

Qui est Chinelo Okparanta ?

Un nom à retenir assurément, car il s’agit d’une autrice nigériane qui a su se faire un nom grâce à son premier roman remarqué : « Sous les branches de l’Udala ».

Car l’histoire de son héroïne, Ijeoma, a de quoi frapper les esprits : elle démarre en 1968, au Nigéria, dans un contexte de guerre puisque le Nigéria et la jeune république du Biafra se déchirent, et donnent lieu à de sanglants bombardements touchant les civils.
C’est dans ces conditions très difficiles qu’Ijeoma devra construire son identité de petite fille mais aussi d’adolescente, en trouvant ses propres repères affectifs, puis amoureux. Et la pureté, l’intensité de ses premiers sentiments amoureux vont se heurter au carcan religieux, qui fait peser de toute la lourdeur de sa tradition le poids du jugement et de la dénonciation. Car Ijeoma va s’attacher à une compagne de son âge, à travers une relation faite de complicité et de tendresse, qu’intuitivement elles savent devoir garder secrète, cachée du regard et du jugement des adultes.Sous les branches de l'udala, chinelo okparanta

Nous suivrons Ijeoma dans son adolescence puis dans sa vie de jeune adulte, quand elle devra faire des choix qui influenceront sa personnalité et sa vision du monde. Quels seront-ils, ces choix parfois douloureux, parfois de raison, parfois de passion,  qu’elle devra faire pour trouver la voie de son épanouissement ? Quel sens donnera-t-elle aux évènements qui viendront troubler son bonheur si fragile ?

Chinelo Okparanta.
Chinelo Okparanta

Chinelo Okparanta signe un très beau portrait d’une héroïne vivant à une époque trouble où les injonctions à être une femme « comme il faut » sont nombreuses, pesantes, et figées. Où le « qu’en dira-t-on » prend le pas sur l’envie de se forger une vie bien à soi, quand la liberté d’aimer qui on veut est incessamment remise en question…
Une écriture imagée, colorée, vibrante, qui utilise le registre des rêves pour faire passer des messages aussi terribles que libérateurs : Chinelo Okparanta est bien souvent comparée à Chimamanda Ngozi Adichie. Et en effet, elle semble prête à faire entendre une autre voix, celle qui porte l’idée qu’on puisse être fière d’être femme, nigériane et lesbienne, dans un contexte où en 2014, une loi a été adoptée au Nigéria pour criminaliser les relations homosexuelles…

 

Enregistrer

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s