Come as you are

Come as you are

Come as you are est un film réalisé par Desiree Akhavan et qui souligne une thématique fort peu exploitée au cinéma car malgré les progrès des dernières années, elle reste encore très tabou dans nos mœurs : l’homosexualité et la perception que la société en a.

Come as you areSi le film se passe dans les années 90, on perçoit pourtant des dynamiques homophobes qui persistent dans nos sociétés , et bien que les plus « graves » (bien que chaque action ou parole homophobes soit grave à mon sens ) se passent hors de nos frontières, elles sont toujours là. La persécution des homosexuels en Tchétchénie, au Brésil , en Russie, dans une grande partie des pays de l’Afrique, du Moyen-Orient ou encore de l’Asie, sont des faits qui ne datent pas des années 80-90 mais bien de nos jours. Selon une étude réalisée par Gayvoyageur près de 73 pays du monde considèrent encore l’homosexualité comme un crime et/ou comme une maladie ; quand aux autres (comme les Etats-Unis, ou des pays européens comme la Lituanie, la Moldavie ou encore la Biélorussie), bien qu’il tolèrent l’homosexualité , la vision qu’ils en ont ne diffère pas ou très peu des autres. Tous semblent s’accorder à penser que c’est une maladie qui mérite châtiment. C’est un aspect qu’Akhavan met en avant dans son film : une dénonciation non dissimulée des pratiques homophobes destinée à montrer comment les homosexuels du siècle dernier (et celui que nous vivons) ont été traités. Et pourtant en dénonçant l’intolérance, en provoquant le choc et le dégoût sur les méthodes employées contre ces jeunes, elle nous donne une formidable leçon de tolérance et de bienveillance à leur égard.

Desiree Akhavan
Desiree Akhavan

Inspiré du livre d’Emily M. Danforth ( The miseducation of Cameron Post), le film se passe en Amérique du Nord dans les années 90 et suit l’histoire de Cameron Post, une jeune adolescente d’environ 15 ans qui est contrainte par sa tante de séjourner dans un camp religieux afin de la « guérir » de son homosexualité. Cameron, réservée par nature, a beaucoup de mal à s’adapter à cette nouvelle vie faite de restrictions et d’exercices absurdes destinés à trouver la « cause » de cette « maladie de l’esprit » et la combattre : chant, psychanalyse, groupe de parole, atelier d’arts plastiques, travail, sport… A God’s promise, rien n’est laissé au hasard. Dans cet étrange décor, la jeune Cameron est divisée entre ce que ses proches lui disent d’être et son identité. Dans la confusion de cette nouvelle vie pleine de restrictions où elle ne trouve pas sa place, elle surprend un jour Mark et Jane, les 2 jeunes rebelles du camp, fumer de l’herbe dans la cave d’une des maisons. Intriguée, elle se rapproche d’eux et très vite son désir de liberté prend le dessus sur sa détermination à vouloir rentrer dans le rang comme les autres.

Come as you are
Dans la cave…

Ce film raconte beaucoup plus que les tribulations d’une adolescente dans un camp aux idées arriérées. Il illustre tous les doutes, questionnements, recherches sur soi qu’offre l’adolescence. Si c’est une étape très difficile pour tout le monde, pour Cameron qui évolue dans de telles circonstances, cela relève d’un véritable défi quasi insurmontable. Le conflit qui sévit en elle est palpable et très visible à l’écran. On voit qu’elle se cherche encore sur beaucoup de choses, en particulier sur sa sexualité. On observe son évolution étape par étape dans cet environnement qui semble devenir de plus en plus hostile au fur et à mesure que Cameron semble privilégier sa liberté à sa  » Guérison ». A travers Mark et Jane , La jeune adolescente semble trouver sa place , faire son choix dans le dilemme qui est le sien : se renier ou s’assumer. Dès lors que sa décision de s’accepter est prise , la vie au sein de God’s promise devient un véritable combat et l’établissement une prison d’où elle doit s’échapper à tout prix.

Come as you are
Cameron, Mark et Jane

C’est un film profond qui nous pousse à nous poser de nombreuses questions sur nous, et notamment sur notre place au sein de la société, notre rapport aux autres, la possibilité d’assumer et de revendiquer qui on est ou non, la vision que l’on a des personnes qui sont différentes des critères établis par la société. Ces critères de société sont lourdement remis en question ici par l’accusation d’une dynamique encore très présente en Amérique du Nord : la religion. La critique religieuse est très présente tout au long du film, c’est indéniable, mais au vu des mœurs américaines de l’époque (et encore de nos jours), c’était presque évident que la critique du dogme religieux allait être de la partie, vu le sujet épineux qu’Akhavan a choisi. Ce n’est d’ailleurs pas le point de dénonciation le plus souligné, cependant le lien est fait et nous pousse quand même à regarder la religion d’un œil nouveau : dans le film, la religion n’est pas aussi tolérante que l’on pourrait le penser finalement. Mais ce point n’est pas récent et fait déjà débat dans la sphère publique…Come as you are

Ce film est plein de tragique, de joie, de surprise, d’horreur, de vie… C’est un délice d’émotions qu’il faut goûter. Apprécier ou non n’est pas réellement l’enjeu fondamental de ce film à mon avis. C’est de le goûter dans sa globalité, de voir toutes les dynamiques qu’il soulève, ce qu’il représente, ce qu’il montre d’une société passée mais de mentalité actuelle, ce qu’il dénonce et surtout ce qu’il nous apprend sur la vie, la différence ou encore la tolérance.

Et rien de mieux pour donner envie qu’une petite bande-annonce :

Je finirais pas dire que c’est un excellent film.

Mathilde

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “Come as you are

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s