Brødre, Markus et Lukas

Brødre, ça veut dire « frères ». Markus et Lukas sont les deux fils d’Aslaug Holm, documentariste qui prit le parti, tôt dans la vie de ses enfants, de les filmer au quotidien, pendant 10 ans, pour en faire un film.

Ce projet, né en parallèle du film fou de Richard Linklater « Boyhood », en est en quelque sorte la version documentaire. Les deux projets, nés en même temps, diffèrent cependant dans le processus. Là où Linklater évoque les années qui passent en consacrant un chapitre à chacune d’elle, Holm, elle, choisit de mêler les époques, les instants, cherchant à invoquer le souvenir plus que le vieillissement de ses héros.

featured_brodre-markus-lukas

Markus et Lukas, âgés au départ de 6 et 8 ans, vont donc grandir, faire la découverte de la vie, se heurter, s’aimer et tout partager sous nos yeux. Leurs expériences font échos aux nôtres, alors que l’on est témoin des premiers jours d’écoles, des entraînements de football, des colères et des moments de joies. Holm voulait capturer l’enfance dans ce qu’elle a de paradoxale, à la fois fugace, rapide, presque gâchée et en même temps si riche en moments fondateurs.

7e10e204d31d10eebd4e1b6efb7cd51a

Au départ, on s’attache naturellement à Lukas, le petit frère frustré de ne pas avoir les libertés du plus grand, ses capacités. Lukas déteste l’école, le football, il a une rage fabuleuse, une injustice en lui, tandis que Markus, lui, a les idées très claires sur ce qu’il veut être, sur comment les choses doivent se passer.

Brødre-e1447320798190

Et puis Lukas grandit, prend de l’assurance, tandis qu’au contact de l’adolescence, Markus voit ses certitudes se fissurer, et les remises en question le mènent vers d’autres horizons. Ces moments-là sont les plus beaux du film, alors que l’on peut voir un enfant devenir brutalement un adulte, chercher désespérément à conjuguer ses aspirations avec celles de ses parents, figures à qui on cherche toujours à plaire, à ne pas décevoir.

brodre_graded_stills_2.57

Brødre est de ces œuvres touchantes qui questionnent notre mémoire, notre histoire à nous en vivant celle des autres. Impossible de ne pas sourire en voyant les deux enfants calculer leur monnaie à la supérette locale pour optimiser leurs petits achats de friandise et de cartes de football, ou de ne pas repenser au moment où on est allé à une première soirée entre copains et où il y aurait des filles/des garçons et sans savoir ce qu’il va se passer… Du vécu de partout.

3362571.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Aslaug Holm interroge par là même son propre passé, profite de ce temps qu’elle s’accorde pour chercher à percer les origines d’un parcours, d’un destin, d’une vie. Elle évoque ainsi sa famille, ses traditions, son monde intérieur et ce qu’il peut avoir à faire dans les aspirations de ses deux fils. Une mise en image qui mêle images d’archives, quotidien capturé au vif et moments plus contemplatifs (qui a rappelé à certaines critiques le Terrence Malick de « Tree of Life » auquel le film fait un peu penser). Pour Brødre, la réalisatrice a d’ailleurs obtenu l’Amanda de la meilleure réalisatrice (l’équivalent norvégien des césars), fait unique pour un film documentaire.

Le film est en salle en ce moment, ne ratez pas l’occasion de voir sur grand écran ce projet unique !

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s