Ce n’est qu’un au revoir. Bon un peu définitif quand même. Un genre d’adieu en fait. Voilà.

Alors voilà. C’est fini pour moi. Rideau. Emballé c’est pesé. Hasta la vista. So long. Bref je suis venu vous dire que je m’en vais.

2018-04-13_0049_DSC02323

J’ai 34 ans. Et je viens de passer 8 ans ici. Ça fait donc un gros quart de ma vie. 8 ans pendant lesquels j’ai eu deux mômes, j’ai acheté une maison, je me suis posé.

8 ans c’est aussi les deux tiers de ma vraie vie professionnelle (je compte pas Le télé marketing déso). Ça veut dire que l’essentiel de mon expérience du monde du travail, la quasi totalité de l’idée que je me fais de mon métier, tout ce que j’ai appris … Je le dois à mon passage ici.

Tout ça pour dire avec une emphase absolument pas nécessaire à quel point c’est un chapitre important de ma carrière et de ma vie que je clôture.

Je ne vais pas faire un bilan très construit de tout ça. D’abord parce qu’on est mi-juillet et que franchement j’ai pas hyper envie de sombrer dans l’introspection crasse alors que le soleil brille. Ensuite parce qu’il va me falloir un peu de temps pour digérer tout ça et en parler avec détachement. Mais bon j’ai négocié avec Céline de garder une tribune ouverte ici de temps en temps …

Pour la faire rapide disons que pendant ces quelques années on a essayé de construire à la fois un lieu et une idée. Cet endroit-là, ici. La bibliothèque Louise Michel. Ces baies vitrées qui font qu’on meurt de chaud. Ces murs rouges que je trouvais tellement moches il y a 8 ans et dont je serais incapable de me passer aujourd’hui. Ces fauteuils dans lesquels je me suis tellement affalé. On a investi chacun des recoins pour y apporter notre touche, donner du sens à tout ça.

Parce que c’est ça que je vais retenir pour de vrai.

Non en fait je vais retenir 3 trucs. Parce que l’univers va toujours par trois.

Le premier truc c’est l’évidence, c’est pour ça qu’on est là. Pour ça qu’on a rejoint ce bordel. C’est important ce qu’on fait là. C’est important pour les gens qui viennent et c’est important pour nous. C’est l’alignement entre ce en quoi on croit et ce qu’on peut réaliser, faire au quotidien. C’est un équilibre fragile qui nécessite une attention constante, un soin particulier et un chouchoutage duveteux.

Je garderai aussi avec moi cette envie, ce besoin de faire attention aux autres. Faire avec empathie toujours, avant tout. Avancer mais jamais tout seul. Être capable de se décentrer pour penser son quotidien avec les autres. Monter en conscience comme on le dit pour la blague mais qui en fait n’est pas vraiment une blague. Malgré nos différences, malgré les trucs qu’on trouve insupportable les uns chez les autres, malgré le quotidien qui ronge parfois notre patience. On sait tous à quel point on peut compter les uns sur les autres tout le temps. Pour du trivial comme du lourd. Quand on veut jouer au baby ou quand on se fait étrangler.

Et puis surtout, ce que je vais garder au plus profond de moi c’est cette incroyable, nécessaire, indispensable, salutaire (ça fait quatre arg !) capacité à dire « non mais vas-y on s’en fout » ! Ce truc si difficile à expliquer, qui a l’énergie d’un « J’en ai rien à foutre » mais qui, à l’inverse, porte l’envie et le besoin de FAIRE des trucs. Sans se soucier des conséquences, sans se mettre de verrou, sans s’oublier, pour essayer que toujours, toujours, le fun soit là.

Ces leçons je les ai apprises de mes collègues, mes copains, ma deuxième famille.

J’ai découvert le plaisir de venir au boulot tous les jours, venir pour quelque chose qui a du sens. Pour Faire des trucs ensemble. Aller toujours plus loin. Éprouver cette fierté de le partager. Se la raconter. Avoir conscience qu’on se la raconte grave. Mais se la raconter encore plus. Faire plus. Faire tout le temps des trucs.

Sans savoir parfois où ça mène mais en ayant toujours une idée du pourquoi on le fait.

Alors merci merci à vous qui fréquentez la bibliothèque pour y avoir amené du sens. Merci à tous ceux que j’ai pu croiser au fil des années dans les visites, congrès, formations vous avec qui j’ai construit mon discours sur le métier. Et puis surtout merci à vous mes chers collègues, mes copains, mes amis, la famille.

Je vous dis à bientôt, en attendant portez-vous bien et n’oubliez pas, Louise Michel ce sera toujours plus que 4 murs et un toit.

DSC02857

 

Enregistrer

Publicités

10 réflexions sur “Ce n’est qu’un au revoir. Bon un peu définitif quand même. Un genre d’adieu en fait. Voilà.

  1. On vous souhaite de vivre encore de super expériences professionnelles comme celles-ci. Merci pour tout ce que vous avez apporté à la bibliothèque car pour nous il y a les verrières, les murs rouges et surtout vous et vos collègues qui nous ont permis de vivre des super moments par vos individualités et votre dynamisme communicatif.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce beau témoignage de 8 ans ! Je vis la même chose à Bibliest : après 12 ans dans la petite équipe de trois, je change de poste à la rentrée ! Tes mots résonnent, c’est une belle vision du métier ! J’ai eu la chance de vous faire venir pour une intervention sur la belle bibliothèque Louise Michel à Dijon ; on a pu aussi venir vous rendre visite, un chouette moment ! Belle continuation à toi Julien,
    Nadège

    Aimé par 1 personne

  3. Louise Michel est la bibliothèque « qui se la pète » le plus, dans le réseau parisien. Ses membres ont la grosse tête et se considèrent comme au-dessus des autres. En tant que lectrice, je n’ai pas aimé cet esprit ; dommage car c’est la bibliothèque la plus proche de chez moi.

    J'aime

    1. Salut Annabelle. On se connaît non ? Je suis désolé de lire ici, à l’occasion de mon départ, votre ressentiment. Je ne sais pas avec exactitude ce qui pour vous nous qualifie de « bibliothèque qui se la pète » … mais il est vrai qu’il est important pour nous de parler de ce que nous faisons. De donner à voir nos actions et nos réflexions. Important à deux niveaux : d’abord, évidemment, il s’agit d’un juste retour des choses. Nous nous sommes inspirés (et nous continuons toujours à le faire) de nombreux exemples de bibliothèques (et d’autres aussi), réalisations inspirantes, organisations qui interrogent ou simplement des évidences qui nous frappent en allant visiter un lieu où un autre. Cette inspiration est venue parce que d’autres que nous ont eu le besoin et l’envie de documenter leur travail. Et c’est ce que nous faisons aussi. Ce qui m’amène à la deuxième raison de l’importance de ce travail. Nous faisons un métier, je ne vous apprends rien je crois, qui ne fait pas partie des activités les plus valorisées du panel professionnel. Nos salaires ne sont pas très élevés, nous appartenons à une administration complexe qui peut générer une certaine frustration … Communiquer autour de nos actions, de notre métier, nous apporte précisément cette reconnaissance qui peut faire défaut. En réalité cela nous permet seulement de prolonger quelque chose qui existe déjà dans les murs de la bibliothèque et que vous avez sans doute pu constater lors de vos venues : l’esprit d’accueil et de bienvenue qui y réside. L’esprit de communauté autour du lieu pour animer ensemble un espace et un projet.
      Nous veillons justement à ne pas nous considérer différemment des autres établissements parce que nous venons de partout dans le réseau. Parce que nous savons le travail incroyable qui est effectué par nos collègues dans tous les établissements du réseau. Nous sommes copains avec nombre d’entre eux et au fil du temps nous avons toujours eu à cœur de travailler « en réseau » : nous sommes présents dans de nombreux groupes de réflexion du réseau, nous faisons des portrait de bibliothécaires sur le blog parce que nous avons une estime sincère pour leur travail, et nous nous sommes engagés très nombreux dans une activité de formation justement pour ça : voir d’autres situations que la nôtre et accompagner des collègues dans leurs réflexions sur le métier.
      En somme je vous remercie de votre commentaire Annabelle, parce qu’il illustre bien mon premier point : le fait que vous ayez eu besoin de prendre le temps de l’écrire montre à quel point ce que nous faisons ici est important. Je ne peux que vous inviter à venir en discuter de vive voix pour dissiper les malentendus de façon plus exhaustive. Et nous pourrons aussi échanger sur notre vision professionnelle de l’évolution des bibliothèques 🙂
      Bonne journée !
      Julien

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour. Est-ce vraiment le bon post pour écrire ce genre de chose ? Faut-il y voir de la jalousie ou juste de la méchanceté ? C’est un billet pour dire au revoir, il n’y a là aucune matière à écrire ce que vous avez écrit. C’est juste petit de votre part. Et si en tant que lectrice vous n’aimez ni cette bibliothèque ni les gens qui y travaillent, c’est inutile de perdre votre temps à écrire de méchantes choses.
      Bonne soirée tout de même.

      Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Julien,

    Je n’ai pas vu d’autres destination annoncée, est ce qu’on aura la chance de voir les péripéties d’un ancien de Louise Michel dans une autre bibliothèque?
    Dans tous les cas, merci de nous inspirer depuis toutes ces années. Chaque bibliothèque à quelque chose à partager, des recettes de LM ne fonctionneront pas forcément partout mais cette envie de proposer une expérience utilisat·eur·rice au plus près de publics est ce qui est le plus important au final 🙂

    J'aime

    1. Bonjour !
      Merci pour ce très gentil commentaire 🙂
      Je donnerai avec plaisir de mes nouvelles sur le blog (ils sont d’accord pour me laisser un petit accès ^^) … et je vais partir pour la bibliothèque de l’université Pierre et Marie Curie à Paris, rejoindre le département formation et innovation pédagogique 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s