Échange de bibliothécaires : un jour à Sorbier

Laurence vous a déjà parlé du réseau des bibliothèques parisiennes… Mais saviez-vous qu’il y a 57 bibliothèques de prêt à Paris  ?

Juste en face de la bibliothèque Sorbier, un street art signé Alber.

Tout un monde, toute une palette d’architectures et de collections, de services et de programmations culturelles, des spécialités et des publics variés… Difficile de toutes les connaître, mais ce qui est dommage, c’est qu’en tant que bibliothécaire, on renvoie souvent nos lecteurs vers d’autres bibliothèques sans pour autant bien connaître leurs collections ou leur fonctionnement.

Alors quand l’idée a été proposée aux bibliothécaires du 20ème arrondissement de changer de bibliothèque pour un jour, je me suis tout de suite inscrite pour découvrir la bibliothèque Sorbier, après avoir passé un mois dans l’équipe de la Médiathèque Marguerite Duras l’été dernier.

 

La bibliothèque Sorbier a un bel âge, puisqu’elle a ouvert ses portes en 1936 !
Elle se trouve près de la place Gambetta, nichée entre plusieurs écoles et un lycée technique, et elle a basculé d’une collection toute entière tournée vers les publics jeunesse à une forme de mixité puisqu’elle propose désormais de la fiction et des documentaires pour les adultes. (Et on m’a soufflé que les polars et la BD adulte marchaient particulièrement bien !)

Canard doré en goguette

Ouverte dans la même lignée que l’école qui la jouxte, elle propose des espaces de vie très chaleureux et colorés, elle m’a rapidement fait penser à un cocon joyeux où les enfants peuvent se créer de jolis souvenirs d’enfance, où le principe d’une bibliothèque de quartier prend tout son sens. (Les collègues de Sorbier qui m’ont accompagnée jusqu’au chemin de la boulangerie à midi ont été saluées plusieurs fois par les habitants du coin).

Canard doré se fait des copains

 

Les murs sont jaune poussin et décorés de traits fluo grâce à du masking tape, pour un effet visuel et graphique très réussi. Les enfants ont le droit de tamponner la date de retour sur leurs marque-pages, et ont accès à des toilettes à leur taille. L’espace des petits dispose de coussins et d’une « boîte à enfants » (oui oui ! On ne croirait pas, mais on entre à plusieurs là-dedans !), et on y joue à des jeux de société en échange de sa carte de lecteur.

Un autre fait marquant qui m’a beaucoup plu à Sorbier, c’est la démarche de gestion partagée des collections BD adulte en concertation avec une bibliothèque voisine : Couronnes. Dans la politique de désherbage et jusque dans la réalisation d’une bibliographie commune, la bibliothèque Sorbier a fait le choix de s’appuyer sur une des forces de notre réseau : la complémentarité des collections. Dans l’idéal, on pourrait en effet imaginer que les bibliothèques d’un même quartier ou arrondissement fassent des choix concertés pour étoffer l’offre documentaire et éviter des doublons, qui pèsent lourd sur le budget des petites bibliothèques là où les grandes peuvent se permettre des achats plus spécifiques, plus « exhaustifs ». La démarche est lancée par les bibliothèques Sorbier et Couronnes, et c’est très inspirant !

 

Malgré son grand âge, la bibliothèque Sorbier est en adéquation avec les attentes de son public : les jeux vidéo, les ateliers « cuisine sans cuisson », les ateliers crochet, les clubs de lecture : tout est fait pour impliquer les usagers dans la vie de leur bibliothèque et leur proposer une grande variété d’activités.

 

Canard doré ravi de sa visite à Sorbier ❤

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s