Chronique jeu vidéo sur Radio Aligre

Edito: L’article qui va suivre est la retranscription de l’émission du 8 février 2017 de Radio Aligre « Ecoute! Il y a un éléphant dans le jardin ». Ne vous étonnez donc pas d’y trouver quelques bizarreries! (Comme si vous n’aviez pas déjà l’habitude.)

 

A Normal Lost Phone :

Développé par Accidental Queens, édité par Plug in Digital

2,99 € sur iOS et Android et Steam

 

Accidental Queens est un studio français uniquement composé lors de sa création par des femmes. Réunies autour de la Global Game Jam 2016, elles ont proposé un jeu qui avait su réunir l’enthousiasme des joueurs et des commentateurs : A Normal Lost Phone. Uniquement développé pour le web dans un premier temps, ANLP propose une histoire à la narration inversée. Tous les éléments, tous les personnages, toutes les interactions sont là devant nous, et c’est au joueur de cheminer dans cet ensemble pour lui donner du sens. Le pitch est simple : vous venez de trouver un smartphone par terre (un smartphone déverrouillé) et en l’explorant vous commencez à vous faire une idée de qui est son propriétaire et de ce qui s’est passé : Sam, dont on fêtait l’anniversaire le soir du 31 janvier, a disparu mystérieusement.

L’interface, très crédible, est celle d’un véritable téléphone : on a accès à ses SMS, ses photos, sa musique, son agenda, mais aussi à des applications, un navigateur web … Certaines parties sont fermées (pas d’Internet jusqu’à ce qu’on trouve le code du wifi) et c’est en explorant minutieusement tous les éléments que l’on parvient à décoder les indices et qu’on devine les mots de passe. Depuis la première version le scénario s’est un peu complexifié, des personnages sont apparus, de nouveaux éléments à analyser … Et on y trouve aussi l’ajout d’une bande-son assez chouette et qui accompagne parfaitement nos errements numériques.

ANLP est un jeu vraiment puissant parce qu’il repose tout entier sur sa narration d’une très grande subtilité. Pas d’effet magique, pas de graphismes incroyables, juste le saisissement que l’on ressent face à une bonne histoire et au juste traitement de thématiques compliquées à mettre en scène : le sentiment amoureux, l’acceptation de soi, les relations familiales …

C’est pas cher c’est très bien fichu, ça rappelle Her Story dans un autre registre : une très chouette expérience pour les grands !

 

Tricky Towers

Développé et édité par Weirbeard

14,99 € sur Steam et PS4

 

Vous vous souvenez de Tetris ? Rhooo quand même ce jeu que tout le monde avait reçu avec sa Game boy (oui on dit une game boy. Point) : une musique horripilante et qui reste dans la tête plus que celle de It’s a small world à Disneyland (lalalalala) vous l’avez déjà dans la tête celle la ? Ne me remerciez pas …

Donc Tetris ce géant du jeu vidéo, monument de game design, dans lequel on doit assembler des formes géométriques pour générer des lignes pleines dans un espace contraint. Ce jeu illustrant parfaitement le concept d’Ilinx (voir Roger Caillois et ses copains : agon, alea, mimicry). Donc un jeu un peu trop intellectualisé pour son propre bien.

Avec le temps sont apparus néanmoins d’autres modes de jeu, d’autres façons d’envisager la claque philosophique ou l’addiction volontaire au concept fumeux : le multijoueur. Enfin on a pu pourrir ses amis en leur envoyant des lignes incomplètes supplémentaires. Enfin des familles se sont brisées sur des rires sadiques de parents qui flinguent les high score de leur progéniture. Enfin le jeu était devenu fun. D’autres variantes (ou clones quand on n’est pas poli) sont apparus pour apporter (ou non) de nouvelles sensations. Citons Dr Mario par exemple…

Mais revenons à Tricky Tower : l’enfant naturel de Tetris et de Jenga développé par un petit studio néerlandais. On passe rapidement sur le vernis narratif, c’est rigolo mais on s’en fout. Le but est de construire le plus vite possible la tour la plus haute pour gagner. Évidemment pas d’espace contraint mais une plateforme instable au dessus d’un vide abyssal, et puis des pouvoirs magiques pour embêter ses adversaires. Et c’est fun, c’est un déchaînement de couleurs et de sons, on s’insulte, on pleure, on est content ! Et c’est bien 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s