#ellesdéchirent : Cate Blanchett

Cate-Blanchett-une-beaute-naturelle.jpg

Tout a commencé pendant un film, « Heaven », de Tom Tikwer. Adaptation d’un scénario de Krystov Kieslowski, on y découvrait Cate Blanchett apprenant que son geste de vengeance avait provoqué la mort de 4 personnes. Dès lors, on la voit se briser, face caméra, une rupture forte, violente… Et c’en était fini de moi.

Auparavant, déjà, elle alternait fougue et fragilité la jeune reine Elizabeth, avant de jouer les voleuses de scènes dans « Le Talentueux Mr Ripley » (dans un rôle écrit pour elle par Anthony Minghella, sous le charme).  Puis les films et les performances s’enchaînent : Galadriel dans « Le Seigneur des anneaux », l’émouvante « Veronica Guerin », le medium de « Intuitions » etc… Cate Blanchett semble choisir les personnages plus que les films, le défi derrière le rôle parfois anodin.

IMAGE-1-Coffee-and-Cigarettes-1

En 2003, Cate incarne dans « Coffee and Cigarettes » deux versions d’elle-même, la rebelle et la nantie, qui échangent, se disputent et se rapprochent… En 2004, enceinte, elle joue pour Wes Anderson dans « La Vie Aquatique ». Puis l’oscar numéro 1 avec son incarnation de Katherine Hepburn chez Scorsese dans « Aviator ».

tccobb02.jpg

Encore d’autre rôles clés : les deux couples qu’elle forme avec Brad Pitt, le premier dans Babel d’Alejandro Gonzales Inarittu et le second dans « L’incroyable histoire de Benjamin Button » de David Fincher. En 2007, elle est un Bob Dylan plus vrai que nature dans « I’m not there » de Todd Haynes.

blue-jasmine-10.jpg

En 2013, Woody Allen lui offre LE rôle, celui qui va finir de convertir le reste d’indécis. Dans « Blue Jasmine », Cate est une femme brisée par la découverte du mensonge que fut sa vie. Alcoolisée, menteuse, violente, folle, pour finir détruite, l’actrice offre sur un film l’immense palette de son talent, et remporte un oscar unanime.

Cate Blanchett est l’une des rares actrices à parvenir à alterner blockbusters (« Thor : Ragnarok » encore récemment), projets indépendants (le récent et fou projet « Manifesto », où elle incarne 12 personnages différents) et retour régulier au théâtre sous la houlette de son mari (on a pu voir en France son interprétation du complexe « Grands et Petits » de Botho Strauss) sans pour autant sembler sacrifier l’un à l’autre, sans choquer par ses choix.

MV5BNjU5MzA4YjMtOGQ4NS00MjAzLWEyOTUtMGQ0OTE5MjgxY2JmXkEyXkFqcGdeQXVyMTMxODk2OTU@._V1_SY1000_SX675_AL_.jpg

Plus encore, elle semble capable de tout. On l’imagine sans problème en femme fatale, en combattante, en héroïne moderne comme dans des œuvres d’époque… Toujours portant dans son regard ce quelque chose de si particulier, une malice, un plaisir à jouer, à se jouer de nous, amoureux, fou d’elle, simplement…

AAACigarette.jpg

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s