Jeu de rôle en bibliothèque : Bilan sur nos pratiques

Nous vous avions parlé récemment de la constitution d’un fonds de jeux de rôle, ou encore d’idées de jeux à essayer (impliquant des ours), c’est maintenant l’occasion pour moi de céder à un de mes vices les plus honteux : les statistiques.Résultat de recherche d'images pour "GIF stats"

L’action culturelle :

Nous faisons maintenant depuis une demie-année une soirée mensuelle autour des jeux de rôle à la bibliothèque, avec entre 50 et 70 présents. Et beaucoup de chips, d’envolées lyriques, de parties épiques – ou totalement loufoques – et de lancers de dés.

Bref, on aime beaucoup.

Faire du jeu de rôle à la bibliothèque, c’était aussi pour nous l’occasion de définir clairement nos attentes quant au support, et d’essayer d’avoir un vrai discours sur nos pratiques, et pas seulement le triste et terrible « Ben, d’abord on fait venir des gens à la bibliothèque, après ils font le truc là, le Jeu drôle, et pis après ils empruntent des livres. Parce que c’est ça une bibliothèque ».

Quelques axes sont ressortis rapidement. Nous voulions :

  • Un mélange entre habitants du quartier curieux & passionnés prêts à emprunter – les fous – le métro parisien.
  • Un mélange entre néophytes / anciens joueurs désireux de regoûter un peu à la pratique, et joueurs confirmés ayant envie de partager leur expérience.
  • Une mixité de genre, histoire de casser pour de bons les vieux clichés du « Un rôliste, c’est un célibataire de 40 ans qui vit dans une cave ». Et aussi parce que ça nous embête vachement quand une pratique qu’on aime renvoie à la moitié de la population une image peu amène. (Et notre collègue Pauline vous en parlait d’ailleurs dans son super article ici)
  • Jouer vraiment. Genre à des jeux, où on s’amuse. Et pas juste utiliser le jeu de rôle comme un produit d’appel pour intellectualiser la pratique dans des conférences.

De fait, après la dernière soirée où quelques questionnaires furent distribués – Désolé ! – nous avons quelques chiffres qu’il me semble intéressants de partager. Et qui sont à prendre cependant avec des pincettes, vu les limites sur la taille de l’échantillon ou les mille biais de représentation bien évidents présents dans ce formulaire. Nous utiliserons aussi les chiffres fournis par Le Thiase, une des – trop rares – études chiffrées et avec une méthodologie claire sur le sujet.

Chiffre déjà intéressant : 32% de nos joueurs sont des joueuses, ce qui n’est clairement pas la parité, mais déjà un chiffre intéressant par rapport aux 13% de femmes recensées par la Thiase. Il reste évidemment encore du chemin à faire, mais c’est tout de même un chiffre qui fait plaisir. A noter cependant que les néophytes sont surreprésentées  – 38% contre 7% pour les hommes – et qu’elles viennent principalement par le biais du bouche à oreille – 61% contre 46% – ce qui nuance déjà pas mal ces 32%, et montre les pistes à explorer pour la suite.

La moitié des participant.e.s nous ont découvert grâce au bouche à oreille, principalement par le biais des gens ayant participé aux précédentes éditions. (Ce qui nous surprend énormément vu l’incroyable antipathie des membres de l’équipe, dont on raconte qu’ils arpentent les tables des participants, leur volant leurs chips et leurs meilleurs dés).
Plus sérieusement, c’est rassurant quant à l’aspect convivial des animations, et au rayonnement qui commence à naître.

Autre chiffre à partager : un bon quart des participants vient d’associations de jeux de rôle et/ou de forums, notamment La Ligue Ludique et le forum CasusNo. Chose très pratique : ils assurent le rôle de courroie de formation pour les joueurs débutants, ont l’habitude d’assurer des parties sur le pouce et acceptent volontiers d’endosser les habits de maître du jeu. En somme : il me semble indispensable pour une bibliothèque décidant de se lancer dans du jeu de rôle de rentrer en contact avec des associations, afin de bénéficier de l’immense avantage d’avoir des gens compétents et motivés sur le sujet, et, surtout, ayant envie de partager leur goût du jeu de rôle.

La politique documentaire 

Attention, le mot est lâché.

Quasiment un an de présence de jeu de rôle dans nos fonds : Quel bilan tirer ?

Clairement, une ligne est à tirer tout de suite entre les petits jeux faciles à mettre en place qui sortent bien, comme Fiasco et Sombre qui sont clairement les plus empruntés; et les jeux plus ambitieux qui ont beaucoup plus de mal à sortir, quand bien même ils viendraient de grosses licences déjà très bien installées. Aucun prêt par exemple pour du Cthulhu, pourtant une des licences ayant le plus de succès en France.

Ceci s’explique assez aisément : les rôlistes qui s’intéressent à ces « gros » jeux possèdent généralement eux-mêmes les livres de base, et quand bien même ce ne serait pas le cas et qu’ils souhaiteraient en faire la découverte, il paraît compliqué pour eux de se satisfaire des durées de prêt d’une bibliothèque, quand des scénarios peuvent s’étaler sur des mois ou des années.

Faut-il pour autant conclure qu’une bibliothèque ne devrait se concentrer que sur de petits documents faciles d’accès ? Sans doute pas. S’il ne sont que rarement empruntés, les livres plus épais sont par contre souvent consultés sur place, et peuvent se faire le support d’un groupe d’amis de passage qui voudraient se faire une partie à l’improviste, ancrant la pratique dans la bibliothèque.

Bref : Est-ce qu’on va faire péter les stats de prêt de la bibliothèque avec du JdR ? Probablement pas. (Mais c’est pas grave, on a l’intégralité des Tom-Tom et Nana pour ça). Et la bonne nouvelle, c’est qu’on s’en fiche un peu, et qu’on est hyper content de voir les usagers se saisir de cette pratique à la bibliothèque, et de venir partager leurs chips et leurs histoires avec nous.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Une réflexion sur “Jeu de rôle en bibliothèque : Bilan sur nos pratiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s