Il était une fois … les canards en goguette !

De Nantes à Montaigu, de Tokyo à Montréal, en passant par la Normandie, le Pays Basque ou la Bretagne, les canards de Louise Michel ont voyagé cet été.

Amélie Poulain avait confié un nain de jardin à son amie hôtesse de l’air pour qu’il prenne l’air… Nous, nous sommes partis avec des canards en vacances et avons lancé l’appel du « canard en goguette » !

En juin dernier, alors que j’ étais sur le toit du collège Matisse pour une visite du jardin géré par l’association Veni Verdi (dans le cadre de notre rencontre autour de l’agriculture urbaine) un usager m’a demandé ce que je faisais, accroupie dans les tomates avec mon canard. Oui, en effet, je devais avoir l’air passablement ridicule à vouloir trouver l’angle idéal : voir un peu le canard, mais pas trop, faire comprendre qu’on était dans un jardin perché, bref je tentais de faire de la « composition d’image » !

Je lui ai expliqué que nous avions un compte Instagram, sur lequel nous faisions des photos de nos animations, des moments de vie à la bibliothèque, des scènes insolites et que systématiquement nous glissions un canard en plastique sur nos clichés. D’ailleurs, nous avons une magnifique collection de canards en plastique : rouge, vert, jaune, à casquette, à couronne, coquin… (si l’envie vous prend de nous en offrir pour la compléter, nous serions ravis !).

Il me rétorque que c’est bien dommage car le mois dernier il était au Vietnam et que s’il avait su, il nous aurait emprunté un canard pour le prendre en photo dans la baie d’Ha Long ! Et voilà comment germe une idée … en plus dans un jardin !

Mais le déclencheur n’est pas là, avouons-le… Je reviens avec cette anecdote rigolote à raconter aux collègues… et là, bim, j’entends « trop cool, on devrait faire ça cet été : proposer un prêt de canard à nos usagers pour qu’ils les prennent en photo sur leurs lieux de vacances ». Le hashtag #canardengoguette était né !

Certains sont partis avec des canards, d’autres en ont trouvé sur place et au final, cela donne  un joli tour d’horizon, à défaut d’un tour du monde … Saint Macaire (Aquitaine), Mitaka (Japon), Saint-Emilion, Bordeaux, l’Ecosse, l’île de Bréhat, la Bretagne, la Normandie, Montréal, le Pays Basque, Tamarissière (Hérault), la Vendée, Berlin, Paimpol, Kamouraska, Bidart, Lyon, Granville, Quebec, Peillac, la Crète …

Et comme nous avons pratiqué l’exil dans d’autres bibliothèques parisiennes pour cause de fermeture, les canards nous ont également suivis dans nos points de chute : Médiathèque Marguerite Duras, Canopée-La Fontaine, Bibliothèque Rainer Maria Rilke, Sorbier.

à la bibliothèque Sorbier

à la bibliothèque Rainer Maria Rilke

 

 

 

 

 

 

à la médiathèque Marguerite Duras

à la médiathèque Canopée-La Fontaine

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour les petites anecdotes personnelles, faire des photos avec ce canard pendant mes vacances m’a permis de me faire offrir un verre dans une micro-brasserie, une glace et un détour en bateau pour aller voir des baleines.

Le canard comme lien social … à creuser !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s