Rapport d’étonnement en milieu (très) naturel

Et voilà ! Ça fait bientôt 10 mois que je suis embarquée dans l’aventure Louise Michel et il est temps de faire un bilan (plus ou moins) objectif de cette nouvelle vie de Mutifonctionthécaire  – car tu dois savoir gérer des collections mais aussi animer des trucs, manier un tournevis, animer des trucs, écrire des articles, retaper des meubles, créer des trucs, être un crac au scrabble, te servir d’une caméra, faire de la pseudo-couture, faire des présentoirs en carton, dessiner des monstres, te rouler sur le tapis des bébés, faire des tours de briques jenga de plus de 30 centimètres, faire des boutures, ramasser les briques jenga des tours de plus de 30 centimètres, animer des trucs, savoir perdre au Dobble, faire du jeu de rôle et du jeu vidéo, danser, décevoir ton coéquipier au babyfooot, accepter un certain niveau de sucre, monter des vidéos, faire le guide, faire le lien…

Tout d’abord, je ne vais pas revenir sur certains gros points d’étonnement qui ont déjà été abordés par Sandra dans ces deux rapports d’étonnement ici et ici.

Et notamment sur l’abandon de la classification Dewey, même si ça a été à la fois une surprise et un soulagement (car je n’ai pas eu ces formations de la Bibliothèque Nationale de France dont parle Sandra et encore moins de formation Métiers du Livre… du coup c’est comme si on m’enlevait une lance médiévale du pied, hé hé)

En préparant cet article je me suis mise à lister plein de trucs que j’ai adorés ou qui m’ont déstabilisée, des choses auxquelles j’ai dû m’adapter, surprenantes et/ou enrichissantes que j’ai vu à Louise Michel. Le plus simple et le plus juste c’est que je vous remette en vrac cette liste en développant un peu…

« Accueil Bisounours » : Le premier jour où tu débarques à Louise Michel, c’est un peu stressant. L’image de la bibliothèque est assez forte, 3ème lieu innovant et un peu fou, et ça met un peu la pression… Mais celle-ci se relâche assez vite car les collègues (on est 15 au top de notre forme donc « format familial ») sont très accueillants et ne te donnent pas l’impression de ne pas être aussi cool que l’impression de coolitude que tu as d’eux (c’est clair?)… Je ne vais pas mentir, le côté bulle familiale est un peu intimidant mais on se jette vite dedans. Les gadgets partout, les blagues à deux balles, le sourire de tout le monde, les friandises sur la table et l’âme d’enfant des collègues y sont pour beaucoup (je ne balance aucun nom, vous aurez remarqué!)

Réunion d’équipe à Louise Michel

« Participation du public » : Alors là, on redevient sérieux car c’est THE thématique hyper importante à Louise Michel et qui fait que tu hallucines quand tu apprends que c’est un usager qui nous fait un si beau jardin, que c’est un de nos ados qui anime les jeux vidéo le mercredi de temps en temps, que quasi la moitié des ateliers créatifs sont proposés et/ou animés par les lecteurs, que les enfants veulent être « aides bibliothécaires » et nous aider dans nos tâches… C’est génial mais surtout on se demande : est-ce le public qui est simplement génial? Est-ce le lieu qui donne envie? Est-ce que c’est insufflé par le fait que l’essentiel ici c’est l’accueil des gens? Sommes-nous situés dans une galaxie parallèle? Encore moult questions sans réponse dans mon esprit…

« Pro-activité, possibilité de proposer à peu près tout » : Autre révélation sacrément satisfaisante, peu importe ton grade ou ta fiche de poste, tu peux proposer des trucs à faire. En plus, comme on est dans une « culture du test », en gros on essaye et puis si ça foire, ce n’est pas bien grave (un bal masqué licorne? un atelier de domptage d’escargot? pas de souci !). Et du coup, une certaine liberté d’action et un fourmillement d’idées ressortent de tout ça et c’est très stimulant. Le hic c’est quand plein d’idées s’accumulent les unes sur les autres et que c’est un peu le bazar pour rester polie. Oui Louise Michel n’est pas trop fait pour les maniaques mais en même temps nous sommes une minorité écoutée et respectée, ha ha !

« Espace de jeu et jeux partout, tout le temps, peu importe le contexte » : Pour résumer, il y a l’espace jeux mais il y a des jeux partout ailleurs, dans la cuisine, dans les bureaux, sur les banques d’accueil, dans la salle d’animation, dans la tête de mes collègues…Donc il faut aimer ça ou au moins essayer ! Alors par contre attention, tu as la team playmobil et la team lego, il faut choisir ton camp (mais je n’ai toujours pas compris laquelle était la meilleure).

 

« Jardin/Terrasse » : No comment, c’est beau tout ça, c’est hyper agréable pour les lecteurs comme pour nous ! « Matinées ou midis pour apprendre des trucs » : On se retrouve parfois entre nous pour apprendre des trucs les uns des autres (jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, par exemple) ; formation continue tout au long de la vie, comme dirait l’autre (et en plus ça permet aussi de renforcer l’esprit d’équipe  – waouh je parle comme un DRH de la fin des années 1990).

« Implantation dans le territoire »: Tous ces partenaires, les structures associatives, les crèches, les collèges, les gens du coin, les centres socio-culturels… On découvre au fur et à mesure le réseau qu’a la bibliothèque sur son territoire, et ça se ressent au quotidien. Des collègues sont spécifiquement chargés de s’occuper de ça et ça se ressent aussi. Tu réalises que ta bibliothèque est aussi un lieu de vie sociale, une maison de quartier…

« Le bruit « : D’ailleurs la « vie » se ressent bien dans les oreilles aussi car Louise Michel n’est PAS une bibliothèque silencieuse : ça surprend au début mais c’est finalement bien plus sympa de ne pas dire « chut » tout le temps et de laisser vivre (dit la fille qui a une voix de poissonnière) tant que ça reste respectueux de tout le monde et que ça ne crie pas non plus à travers l’espace (oui, je me suis déjà fait gronder).

« Les enfants qui t’appellent par ton prénom au bout de deux jours »  dans un esprit « comme à la maison » bien qu’on n’ait pas de badge nominatif mais plutôt des badges « thématiques » (le mien affiche un Totoro mais personne ne m’a encore appelée comme ça, fort heureusement).

« Les idées de dernière minute (aaaah) »: Là c’est mon paragraphe re-lou psychorigide et maniaque ! Oui parce que le « fourmillement d’idées » expliqué plus haut a son côté obscur… La dernière minute… mais tout en restant professionnel. Apprendre à ne plus paniquer quand on organise un truc de folie la veille au soir entre deux portes et garder son calme quand les idées fusent tellement qu’il y a 5 activités le même samedi ou que d’un coup tu prépares trois trucs en même temps avec 5 personnes différentes. Le pire (enfin le meilleur du coup) c’est que tout le monde est hyper réactif et que « l’arrache »  fonctionne ! Et en plus c’est un peu la dernière minute qui fait que le lieu est si « vivant » finalement..

« Les mamans qui font de délicieux gâteaux pour les goûters (et même adaptés aux collègues vegan). Par contre, comme précisé en introduction, il vaut mieux ne pas être au régime quand on bosse à Louise Michel… Deux ou trois kilos de plus la première année, c’est la norme apparemment. Les gourmands tels que moi deviennent des victimes et on peut même les acheter à coup de tablettes de chocolat. Dur.

« Pétillement (si, si) » – Un gif illustrera au mieux cet état d’esprit ! Et puis le gif c’est un peu la marque de fabrique …. BREF, voilà mes dix mois à Louise Michel (et j’en redemande).

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rapport d’étonnement en milieu (très) naturel »

  1. Quel article enthousiasmant ! Je travaille dans une médiathèque en milieu rural dans un village de 2000 habitants où nous sommes très proches de nos usagers. Ma collègue et moi disposons d’une grande liberté de manœuvre (tant que le budget est respecté!), mais toutes ces anecdotes me font penser qu’il y a encore plein de choses à faire pour et avec les usagers, et c’est très motivant !

    J'aime

  2. Merci beaucoup pour votre commentaire ! Votre expérience a l’air bien enrichissante aussi : la liberté d’action et la proximité avec les usagers donnent déjà envie de faire beaucoup ! Bonne continuation à vous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s