Claude Ponti – Déclaration d’amourmerciement à un auteur jeunesse talenténialissime

Poussin de PontiAujourd’hui, c’est d’un grand nom de la littérature jeunesse que je vais vous parler. Un dessinauteur talenténial qui nous fait révéfléchir, imavoyager et grandir, qui tourneboule et tournebricole les mots et nous embarcatapulte dans ses univers incroyadabrantesques. Ce grand magicréateur de livres, c’est monsieur Claude Ponti. Et parce que j’aime bien ce genre de défi, je vais tenter, pour vous parler un peu de lui, de le faire (modestement) à sa manière…

Monsieur Ponti est pour moi un ovnitosaure. Depuis longtemps et toujours autant, il me surprend par ses albums intelligeamusants, par ses illustrations comme d’immenses tableaux fourmillonants de détails foucriants de véritinventivité et par ses textes drôloutristes, percuchantants, tendrement cruels et méchadouillettement poétiques.

Si j’aime monsieur Ponti, c’est parce qu’une de ses spécicaractéricités est de tournebricoler les mots. Je veux dire par là qu’il sait les mélinventer, en faire des friandises à écouter et des défipascaps à prononcer. Son talent étant que, malgré les mots tournebricolés, on comprend tout et même bien plus qu’avec les mots normaux. Parce que ces mots-là nous révèlent des sens cachés, des émotions enfouies, des mystères mystérieux-mais-qu’on-sait-quand-même, ce qui les rend vraiment magicubilatoires. Et plus généralement, ses histoires, sous leur côté burlouffoque ou délégèrejanté, parlent des vraies choses de la vie aux enfants (les petits comme les grands) : de l’amour, de la famille, de la méchanceté ou même du deuil.

Si j’aime monsieur Ponti, c’est aussi bien sûr pour ses illustrations. Ses albums sont souvent de grands formats et il faut bien ça pour profiter de ses images qui sont de véritables zeuvreudars. Mes préférés en la matière sont sans doute La nuit des Zéfirottes et ses incroyables fresques gonflables de Paris  :

et Ma vallée, avec ses paysages somptueux et la magnifique double page avec vue sur la mer.

Si j’aime monsieur Ponti, c’est enfin parce qu’à chaque album de lui que j’ai lu en famille (attention anecdote personnelle pleine de miellendresse), il y a un moment où mon fils a piqué un fou rire. Un de ces fous rires si joyeux, si francs, si incontrôlables et si communicatifs qu’il reste gravé dans mes souvenirs précieux de maman. Et comme de ces souvenirs précieux, j’en dois un certain nombre à monsieur Ponti, je le remercie énormamourément.

Je ne peux bien sûr que vous inviter à découvrexplonger dans tous ces magnifiques albums pour vivre avec Tromboline et Foulbazar, Okilélé, Adèle ou les Touims, des aventures rocambolesquigineuses. Ce qui tombe bien, c’est que nous en avons plein à la bibliothèque : dans les bacs des tout-petits pour certains (logo tétine), à la lettre P dans les bacs d’albums pour d’autres, et dans les bacs des albums géants pour d’autres encore (mais que cela ne vous décourage pas de les prendre, au contraire).

Quant à monsieur Ponti, si par abracadazard il lisait ce texte, qu’il n’hésite pas à venir faire un tour dans notre petite bibliothèque du 20ème arrondissement parisien, nous l’accueillerons avec canarmourenthousiasme, c’est notre spécialité.

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Claude Ponti – Déclaration d’amourmerciement à un auteur jeunesse talenténialissime »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s