Ces gros pavés à lire (enfin) pendant l’été !

Notre article récent sur ce qu’il faut mettre dans sa valise (à lire ici!) m’a donné une petite idée car Céline disait qu’elle aimait emporter de gros pavés avec elle dans sa valise et je partage carrément son point de vue !

L’été ne serait-il pas le moment idéal pour s’attaquer à ces grosses briques (pour moi, au delà de 300 / 400 pages c’est déjà pas mal !) car on se doute que toutes ces pages doivent détenir des trésors de littérature, cacher des mondes fascinants et des intrigues à rebondissements sans fin…

Oui mais bon, la flemme ! Surtout au cours de l’année scolaire, lorsqu’on a à peine le temps de démêler ses nœuds dans les cheveux le matin et qu’on est tellement serrés dans le RER qu’on n’arriverait pas à extirper le bouquin du sac sans risquer d’éborgner son voisin qui a l’œil gauche pile dans l’axe du coin droit bien aiguisé de votre livre…

Alors que l’été,  on a un peu plus de temps, il y a un peu moins de monde dans le métro et les journées sont plus longues… Et pour ceux qui sont à la plage, le gros pavé est LA bonne excuse pour se prélasser sur sa serviette pendant des heures, en se retournant juste assez souvent pour ne pas avoir de fourmis dans les bras !

Prenez plutôt un livre…

Alors voilà une liste de bons gros pavés à déguster cet été  avec, pour commencer, des pavés pour adultes, puis des pavés pour enfants (car nous n’avons pas le même critère de définition du pavé selon notre niveau de lecture… si, si, souvenez-vous…).

Et si vous avez peur que les livres vous brisent le dos et cassent la fermeture éclair de votre valise, allez-donc faire un tour sur la bibliothèque numérique de Paris pour voir si vous y trouvez votre bonheur !

NB : Je viens de me rendre compte que mon article en lui-même est d’ailleurs un bon gros pavé !!!!

CÔTÉ ADULTES :

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes de Khaled Hosseini 

Nombre de pages : 497 pages (un pavé pour moi en tout cas !)

Le pitch : Dans un petit village d’Afghanistan, Abdullah et Pari , deux jeunes frère et sœur, vivent au sein d’une famille très soudée, jusqu’au jour où ils se retrouvent séparés. À partir de là, l’histoire se divise et les destins s’entremêlent : on passe de la campagne afghane à la noblesse de Kaboul avant d’être projeté dans le Paris des années 70 et le San Francisco des années 80. Une épopée familiale, historique, dramatique bouleversante.

Pourquoi on s’accroche ? Parce que c’est magnifique ! L’écriture est sublime, les personnages très attachants, on ne quitte plus le livre une fois commencé car on suit nos deux héros à travers le temps et le monde. La complexité des liens familiaux, des conflits, de l’immigration, l’amour intouchable et très fort qui unit un frère et une sœur malgré les épreuves ; tout nous bouleverse….et finalement on dévore ces 500 pages !

Au revoir là-haut de Pierre Lemaître

Nombre de pages : 566 pages 

Le pitch : Deux anciens soldats de la guerre des tranchées très abîmés, l’un est défiguré et l’autre moralement très affaibli, vont voir leur destin lié et vont tenter de survivre dans la société française de l’après guerre… en réalisant une arnaque assez amorale qui va leur amener à la fois des émotions fortes et des ennuis…On suit le destin hors norme, à la fois haut en couleurs et d’une grande tristesse de deux survivants de l’horreur. Prix Goncourt 2013.

Pourquoi on s’accroche ? Pierre Lemaître arrive à nous faire passer par toutes les émotions en un seul roman ; la révolte des laissés-pour-compte, la tristesse profonde des vies brisées, l’espoir des survivants, l’envie d’amour, l’envie de rire de la tragédie humaine, le désespoir, le besoin de vivre. Ses personnages nous poursuivent encore quelques temps après la dernière ligne du roman…

Le livre a été adapté au cinéma par Albert Dupontel et va sortir prochainement. Je vous laisse découvrir la bande-annonce …

Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia 

Nombre de pages : 756 pages

Le pitch : L’histoire d’un groupe de jeunes dans le Paris des années 60. Rencontres dans l’arrière salle du Balto près de Denfert Rochereau, autour d’un club d’échecs et des histoires de chacun dont certains ont tout quitté pour traverser le rideau de fer. Le petit Michel, 12 ans, voit sa vie chamboulée par la rencontre de ces éternels optimistes…

Pourquoi on s’accroche? Un roman dense qui se dévore, qui est la chronique d’une époque, mais aussi un roman d’amour, d’amitié, une grande fresque foisonnante… L’écriture est fluide et très agréable, les personnages sont très humains et bien construits, on a envie de jouer aux échecs avec eux et de découvrir ce Paris des années 60. Et on n’a vraiment pas envie d’arriver au bout … même si finalement ça va très vite !

Mudwoman de Joyce Carol Oates 

Nombre de pages : 565 pages 

Le pitch : On suit le destin tragique d’une petite fille abandonnée de manière sordide dans un marais par sa mère et, en parallèle, le destin ambitieux d’une femme, présidente d’université à la limite du burn out… Mais on comprend bien vite qu’il s’agit de la même personne et le roman nous embarque complètement dans ces histoires croisées qui n’en font qu’une, derrière une héroïne à la fois forte et totalement dévastée.

Pourquoi on s’accroche? Je n’avais jamais lu de Joyce Carol Oates avant celui-ci et je ne pense pas avoir commencé par le plus simple !  Très noir, voire même sordide, mais très envahissant et addictif. L’écriture sans fard, la construction incroyable du personnage, la narration à la fois décousue et hyper maîtrisée ont fait que ce livre m’est resté longtemps en tête. Marquant, dérangeant et bouleversant.

Americanah de Chimamanda Ngonzi Adichie (recommandé par Sandra) 

Nombre de pages : 522 pages

Le pitch : Ifemelu, est une jeune femme nigérienne à l’avenir prometteur. Elle part, comme beaucoup, vivre son rêve américain. Elle nous raconte l’exil, la perte de son grand amour, les rencontres, le fossé culturel et la découverte que la couleur de sa peau revêt une importance qu’elle n’aurait pas imaginé.

Pourquoi on s’accroche ? On s’y accroche tout de suite. L’écriture est dynamique, emprunte d’humour, politiquement incorrecte et l’autrice nous rend tous les personnages très attachants et maitrise parfaitement la narration : elle sait raconter une histoire et nous tenir en haleine. Il m’a été difficile de quitter ces personnages, je serai bien restée encore 150-200 pages de plus !

Saga Millenium de Stieg Larsson (recommandé par Sandra) 

Nombre de pages : Les tomes 1 & 2 (à lire d’affilé) : 586 pages & 660 pages. Tome 3 : 737 pages (on plonge dedans tout de même parce qu’on veut savoir ce qu’il advient de ces personnages).

Le pitch : Le personnage principal, Mikael Blomkvist, est un journaliste suédois, contraint d’abandonner son journal, il reprend une enquête pour le compte d’Henrik Vanger. Il va être secondé par Lisbeth Salander, jeune femme hors norme, à la marge, que la société a tout fait pour détruire et exclure, mais brillante, surdouée, hackeuse de génie.

Pourquoi on s’accroche ? Pour Lisbeth ! Ce personnage est pour moi LE personnage principal de la série. C’est par elle que sont mises en lumière les défaillances du système suédois, c’est par elle que la violence surgit. Cette saga montre un visage de la Suède très loin du concept de « modèle suédois » : racisme, violences, inégalités, corruption … Un roman policier brillant à n’en pas douter qui fait bien oublier les 1 983 pages que constituent la trilogie !

Les pirates de l’escroc-griffe de Jean-Sébastien Guillermou (recommandé par Pierre-Marc et le comité Science Fiction) 

Nombre de pages : 1 198 pages !

Le pitch : Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau !
Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates.
Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu’aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites..

Pourquoi on s’accroche ? Première trilogie de Jean-Sébastien Guillermou, « Les pirates de l’escroc-griffe » est un texte au rythme haletant et à l’univers attachant (pirates dotés de pistorapières, prêtres qui combattent l’hérésie des noiretefacts… tout en possédant secrètement certains d’entre eux), un univers qui tient des « Mystérieuses cités d’or » et des « Mondes engloutis ».

CÔTÉ ENFANTS 

Sally Jones de Jakob Wegelius 

Nombre de pages : 576 pages – ce qui est ÉNORME pour un roman jeunesse !!! 

Le pitch : Sally Jones est une gorille qui a toujours vécue entourée d’humains, qui les comprend et sait lire et écrire… Son ami et son maître, Le Chef, se retrouve un jour embarqué dans une sale affaire de meurtre, accusé à tort et emprisonné. Sally va tout faire pour le sortir de là, du port de Lisbonne jusqu’au palais d’un maharadja en Inde, à travers les mers et soutenue par une petit groupe d’humains très attachés à elle… Une aventure hors du commun !

Pourquoi on s’accroche ? Attention, chef d’œuvre en vue ! Ce livre est magique, si gros qu’il fait même peur à un bibliothécaire jeunesse, mais en même temps passionnant et génial ! Mêlant aventure, amitié, amour, policier, tout cela avec une héroïne gorille, de nombreux personnages secondaires fort bien construits, plein d’émotion. Les petites gravures au démarrage de tous les chapitres courts que compte le livre et les gravures en début de livre dépeignant tous les protagonistes ne font qu’accentuer notre plaisir… Une pépite ! 

Le monstre nounou de Tuutikki Tolonen 

Nombre de pages : 356 pages – ce qui représente un sacré pavé pour les petits lecteurs à qui s’adresse ce roman (9-10 ans), je vous assure…

Le pitch : Trois enfants dont la maman a reçu un billet pour un voyage « surprise  » et dont le père est en déplacement professionnel se retrouvent gardés par une nounou très spéciale…Un monstre qui dort dans le placard à balai, qui met de la terre dans le chocolat au lait et qui apporte une croûte de crasse poussiéreuse dans tout l’appartement… Mais surtout un monstre qui a l’air de vouloir retourner dans la nature et qui va trouver de l’aide chez les trois petits malins qu’il doit en principe surveiller…

Pourquoi on s’accroche? Parce qu’on retrouve l’univers un peu fou, un peu doux qu’on peut avoir dans les romans de Roald Dahl. Parce qu’on a tous envie d’avoir ou d’aider un monstre nounou à la fin du livre. Parce qu’on a hâte de lire le tome 2 et parce que de bonnes histoires de monstres (mais des monstres gentils quand même) pour les 9-10 ans ça fait toujours plaisir !

Les histoires inédites du petit Nicolas de René Goscinny & Jean-Jacques Sempé 

Nombre de pages : 635 pages 

Le pitch : Une vingtaine d’histoires du petit Nicolas dans un seul livre ! Pour ceux qui ne connaissent pas, le petit Nicolas est un garçon malicieux qui aime jouer des tours à ses parents, mentir à sa maîtresse, faire des bêtises avec ses copains… un petit garçon quoi ! Les aventures de ce groupe de copains sont toujours compliquées, farfelues et très drôles ! 

Pourquoi on s’accroche? Un grand classique mais qui fait toujours un bien fou ! Lire le Petit Nicolas c’est comme se faire un chocolat chaud et se blottir sous la couette, ou alors comme quand on regarde ses anciennes photos de vacances ou juste comme quand on mange des bonbons en regardant la forme des nuages dans le ciel… En bref, ça fait du bien !!!

Quatre filles et un jeans  de Ann Brashares 

Nombre de pages : 993 pages pour l’intégrale des 4 volumes

Le pitch : Quatre copines de toujours vont pour la première fois passer  l’été séparées les unes des autres. La veille du départ, elles essayent toutes un jeans qui leur va parfaitement, malgré leurs physiques très différents…Elles décident donc de passer chacune un bout d’été avec et de le faire tourner … Via ce jeans, on va vivre leurs aventures estivales, amour, amitié, rencontres, challenges, questionnements d’ados, disputes, réconciliations… Série ado en 4 tomes.

Pourquoi on s’accroche ? J’ai lu Quatre filles et un jean quand j’étais ado et j’ai été hyper surprise de voir une jeune lectrice l’autre jour qui me demandait où était rangée la série…moi qui la croyait démodée ! Alors j’ai commencé à la relire et je trouve toujours que ça se lit tout seul, ça parle de thèmes dont on a envie d’entendre parler à cet âge, de manière simple et efficace. Une grosse histoire d’amitié qui peut se lire en intégrale de presque 1000 pages si vous avez un loooong trajet jusqu’à votre lieu de vacances !

Et juste pour le fun, sachez qu’avec ces gros pavés vous pourriez aussi vous mettre à une nouvelle pratique, le book-fighting… qui consiste à se battre avec des livres (si, si) et là, vous êtes sûrs de dominer votre adversaire !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s