A voix haute

Avec un titre pareil, vous pourriez vous attendre, sur un blog de bibliothécaires, à un article sur la lecture à voix haute, à haute voix. Activité que j’affectionne particulièrement par ailleurs mais peut-être en parlerais-je une prochaine fois.


Pour l’heure, il va être question d’un film documentaire « A voix haute : la force de la parole » réalisé par Stéphane De Freitas et Ladj Ly, en salle depuis le 12 avril. Peut-être l’avez-vous vu sur France 2 en novembre dernier? Si ce n’est pas le cas, quelle chance, séance de rattrapage de luxe dans le confort d’une salle obscure (avec 20 minutes supplémentaires par rapport à la version télé).

Je ne saurai trop recommander (une fois de plus) de guetter les sorties en salle des films documentaires, dont le sort est souvent aléatoire (en résumé : ne tardez pas !).

Voici un film qui fait du bien.

Je ne pense pas que sa sortie à quelques semaines des élections soit anodine. Il y est question de prise de parole en public, d’argumentation, d’éloquence ; exercice auquel les hommes et femmes politiques se confrontent avec plus ou moins de talent. Ce film se veut militant.
Tous les ans est organisé en Seine Saint Denis, Eloquantia, un concours d’éloquence, sur les bancs des amphi de la fac de Saint-Denis.
Le réalisateur suit avec intelligence le parcours de jeunes entre 20 et 25 ans qui ont décidé d’y participer.

« Ce film souhaite apporter un regard réaliste, frais et subtil sur la jeunesse des banlieues et de la diversité pour proposer une vision alternative, et prendre à revers des idées reçues qui accélèrent les divisions de la société française. »

30 d’entre eux suivent une formation et sont ainsi accompagnés par un avocat, une metteuse en scène, un slameur, un professeur de chant pour se préparer : cours d’expression scénique, méthode du discours classique, atelier slam, module de gestion de la voix …

« Au fil de la formation, tous les types de prise de parole sont abordés :  discours, plaidoirie, poésie, slam… Et tous les styles sont autorisés, de l’argumentaire logique à la démonstration théâtralisée, sous forme de rap ou en alexandrins. Les performances proposées sont dans tous les cas des mises en danger, les deux pieds loin de leur zone de confort, au grand étonnement de l’univers sobre de la rhétorique classique, afin de réconcilier ce qui pouvait sembler irréconciliable. »

Se dévoiler, s’exposer aux autres, jouer de la voix, prendre conscience de son corps, débattre, s’écouter, … briguer le titre de meilleur.e orateur.trice du 93 n’est pas une mince affaire et pourrait, par certains côtés, s’apparenter à un entrainement sportif. La prise de parole est un sport de combat, la parole est une arme :  « elle véhicule nos désirs, nos opinions. Elle nous permet d’interagir en société et de nous positionner face aux autres. Elle structure nos relations, et notre rapport au monde. »

Jouissive, inspirante, drôle, émouvante leur parole est d’or.

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s