Héroïnes #4 : Liv Strömquist

La grand messe qui réunit tout le gratin de la BD : Angoulême, c’est parti ! Rafraîchissons donc un peu nos mémoires vives : l’année dernière aucune femme n’était sélectionnée pour le grand prix. Pour protester, Riad Satouf a choisi de boycotter le festival, mettant en lumière un vrai éternel sujet : la place des femmes auteures dans la société, mais là plus précisément dans la BD.

Riad Satouf Forever

Riad Satouf Forever

Car aujourd’hui plus de quatre femmes sont dans la dernière sélection : pas encore assez, mais sans doute plus que si personne n’avait agi.

Alors histoire de (re)dire que SI, les femmes sur la scène de la BD sont nombreuses, on va en présenter quelques-unes.
Ouvrons le bal avec cette jeune auteure, Liv Strömquist, punkette adepte du « DIY » (do it yourself), qui a publié deux ouvrages aux éditions Rackam, on la vénère car elle a vraiment fait avancer les choses, levé des tabous, avec classe. Star en Suède, sa première BD, Les sentiments du Prince Charles, a été adaptée en pièce de théâtre qui cartonne.

Principalement centrée sur le féminisme, les relations de couple pour l’un et le sexe féminin pour l’autre, elle se base sur une connaissance et un savoir inébranlables du sujet, doublés d’une réflexion ultra intelligente et personnelle.

liv-2Pour ce qui est du dessin, dans ces ouvrages-là, l’esthétisme ne compte guère. Elle se réclame de l’Ugly drawing, mouvement qui se moque de la beauté du graphisme : plutôt que laid je parlerai plutôt de trait minimaliste… Mais bon, c’est surtout histoire de bien attirer l’attention sur le propos grave et sérieux. (Et elle est aussi très drôle.)

livJ’ai une affection toute particulière pour « L’origine du monde » puisque c’est la première fois que quelqu’un parle du sexe féminin, avec de vrais mots pour le nommer, et même des règles, dénonçant une société patriarcale qui depuis des lustres s’arrange pour le rendre invisible, le transforme en fantasme unilatéral, créant également un tabou autour des règles, qui perdure.

Sur le sujet, Elise Thiébault vient de publier Ceci est mon sang : Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font; et en passant, ce titre est génial, on va le commander de ce pas !

Petite anecdote : Liv Strömquist : « Un jour, lors d’une soirée, je discutais avec un auteur de BD plus âgé que moi qui m’a avoué qu’il n’aimait pas les dessinatrices car « elles n’écrivaient que sur les règles » ».  Après vérification, elle s’est aperçue que personne n’avait écrit sur le sujet ! C’est chose faite.

« Mon conseil serait de s’approprier la culture DIY : n’attendez pas que quelqu’un vous publie, faites-le vous-mêmes. Ne soyez pas trop perfectionnistes au début et surtout, ne vous arrêtez pas. »

(Par ailleurs elle dessine aussi des trucs trop beaux )

stromquist

 

Enregistrer

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Héroïnes #4 : Liv Strömquist »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s