Quand l’œil lit sans le cerveau…

L’idée d’écrire cet article est venue de la mine perplexe de mes collègues à mon retour du Japon. Plus précisément, de ce froncement de sourcils à l’annonce des 35 kg de souvenirs rapportés de ce voyage de 3 semaines.
Parce que 35 kg, on a du mal à voir ce que ça peut représenter : non, je n’ai pas chargé ma valise de vaisselle ou d’un bento géant farci au poulpe, j’ai juste acheté des livres.

15 livres, en fait. En japonais.

Et si vous vous posez la question, je ne sais pas lire le moindre kanji !
livre japonais, souvenirs japonais, souvenirs japon, livre japon, livre décoration japon

Pourtant, les livres faisaient partie de mon Graal personnel, je savais ce que je cherchais, et je savais que ça me plairait.

Pour vous donner une idée de la tête de ces petits livres, faites un bond ici, cet éditeur est représentatif du type de livres que je recherchais. Leur ligne éditoriale consiste à proposer des livres de déco intérieure de couples ou de familles vivant en Europe. Paris, Londres, Stockholm…

Encore un paradoxe : aller au Japon pour en ramener des livres qui parlent d’un mode de vie occidental !
Mais si ces livres me plaisent tant, c’est parce qu’ils reflètent autre chose que les magazines de décoration ou les beaux livres glacés français n’ont pas réussi à refléter : de la vie ! Non pas un bel intérieur minimaliste où tacher le tapis blanc avec la pizza du vendredi soir semble un sacrilège, mais bien des intérieurs vivants et occupés, où les habitants sont présentés pour donner davantage d’identité à un appartement dont on peut percevoir tous les détails, soigneusement et joliment mis en scènes. Sur ce blog, on parle aussi de « juste dosage entre le rêve et l’identification ». Tout un programme !
flying tiger copenhagen, livre déco, livre japonais, souvenir japon, souvenir japonaisflying tiger copenhagen, livre déco, livre japonais, souvenir japon, souvenir japonaisEn cela, le regard japonais est doublement intéressant : dans la richesse d’un intérieur où il est impossible de photographier chaque objet, lesquels vont être choisis et présentés aux lecteurs ? Pourquoi ceux-là et pas d’autres ? Qu’en est-il de la vie du propriétaire des lieux, qu’est-ce qui a attiré cette famille dans cette vaste maison ?

Des questions qui resteront justement sans réponse pour moi, française incapable de lire le japonais, mais est-ce nécessaire d’avoir toutes les informations en main pour comprendre la beauté d’une image, pour apprécier une déco chaleureuse et vivante, pour s’inspirer et piocher des idées ?
Quand l’information est essentiellement visuelle (et quoi de plus visuel qu’un livre de déco!), faut-il s’embarrasser à lire les petites lignes ?

Le succès de Pinterest le prouve assez : l’œil « lit » rapidement les informations, et sélectionne par affinité ou s’arrête sur l’image la plus intéressante pour lui.

london madam style book, look

Être super sapé même la soixantaine passée : le cas londonien.

Ce raisonnement vaut aussi pour ce petit livre dont l’approche originale m’a immédiatement séduite : proposer non pas les photos de look de trentenaires branchés, mais plutôt de montrer le style déjanté et même un peu punk de dames d’âge mûr vivant à Londres. Improbable et tellement génial !
london madam style book, lookbookQuittons un instant l’univers des livres pour nous pencher sur les musées, ces lieux qui ne vivent que par vos yeux !
Avez-vous remarqué que dans certains musées, l’absence de cartel ou d’explication d’une œuvre (parfois abstraite) peut donner un sentiment de totale incompréhension, l’impression de passer complètement à côté du message de l’artiste ?

D’où plusieurs questions : est-il indispensable de comprendre la démarche de l’artiste pour en saisir le sens ? Le cartel devient-il parasite une fois que le cerveau a plaqué une indication concrète sur ce que l’œil cherchait à comprendre ?
A l’inverse, quand une œuvre est immédiatement perceptible, quand c’est ludique et que la surprise laisse place à l’émerveillement, faut-il absolument chercher la nature des matériaux utilisés ou le titre de l’œuvre ?

Si l’émotion est transmise par une œuvre, sans avoir eu besoin de passer par l’acte de lire, artiste et « spectateur » se sont rencontrés : et à travers la photographie de mes petits livres japonais, le message est aussi simple qu’évident : pourquoi s’arrêter sur les légendes en japonais puisque l’image délivre son message de la plus évidente des manières ?
livre japonais, souvenirs japonais, souvenirs japon, livre japon, livre décoration japonBon, dans tout ça, je sens que vous êtes sceptiques, si si je vous vois derrière votre écran, vous vous dites « c’est bien joli tout ça, mais c’est dommage de rester à la surface sans chercher à en savoir plus, à comprendre, connaître et s’informer, enfin, nom d’un chien ! »

Et vous avez raison.

Cet article n’est pas un plaidoyer pour rester dans l’ignorance, évidemment qu’en savoir toujours plus sur un sujet qui nous passionne nous rend un peu plus « instruits » et on ne va pas s’en plaindre.
D’ailleurs il faut l’avouer : bien sûr que c’est un peu frustrant de ne pas avoir toutes les informations en main sur un sujet qui nous intéresse. Un sentiment bien souvent éprouvé au Japon, où certaines choses, décalées pour nous, petits européens, auraient eu bien plus de sens à nos yeux si elles avaient été expliquées ou comprises.

Pourtant, je considère toujours que la volonté de savoir, l’envie de découvrir sans avoir toutes les clés, est plus forte que le désagrément de ne pas tout comprendre.

Et vous ?
Est-ce que vous lisez toutes les petites lignes au musée ?
Est-ce que vous regardez les beaux livres avec votre œil ou avec votre cerveau ?

PS : j’oubliais ! L’éditeur Chêne a eu l’excellente idée de traduire deux des livres édités par Paumes, et vous les trouverez tous les deux à la bibliothèque :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s