Top 2016 – Camille

coeurs-duck

Pour continuer dans les classements de l’année qui vient de se terminer (Ouf!), voici mon petit top 2016 ; petit car je n’ai pas en mémoire d’énormes coups de coeur qui font trembler les jambes et frétiller les bajoues mais plutôt plein de petites choses qui m’ont plu, des films, CD, BD, romans, jeux qui m’ont fait passer de bons voire de très bons moments… à partager!

Voici mon top 20 dans le désordre car je suis incapable de les classer correctement dans l’ordre, c’est une catastrophe, alors lisez tout en vrac et faites vos choix ! 😉

messYou & I, Ala.ni

Jazz rétro, pop-rock lancinante et soul ; cet album est un Objet Musical Non Identifié mais immanquable et intemporel. La voix de la chanteuse prend toute la place, à la fois sensuelle, dalaniouce, languissante et envoûtante. Sa maîtrise vocale est parfaite et on est complètement bercé par la simplicité, la beauté et le quasi-dénuement des arrangements musicaux. Certains titres sont quasiment a cappella et ça ne fait qu’enchanter d’autant plus nos oreilles, qui deviennent vite dépendantes.

And the anonymous nobody, De la Soul

17 titres qui mélangent hip-hop old school, afrobeat, soul, rock, sonorités jazz, pour un cocktail groovy qui fait un bien fou, qu’on aime le rap ou non… Sur des titres comme Pain par exemple, sur lequel le célèbre rappeur Snoop Dogg est invité, on dodelinde-la-soule de la tête sur des sonorités très funk qui s’éloignent de ce qu’on attendrait mais qui donnent irrésistiblement envie de taper du pied. La participation de Damon Albarn (fondateur de Gorillaz) est révélatrice de l’ambiance de l’album, digne des mêmes inspirations multiples. Le mélange de styles très bien orchestrés et la participation de  pointures issues de mondes musicaux différents font de cet album un bijou de groove à écouter en bougeant la tête en rythme.

Impredecible, Bareto

bareto-couv-impredecibleÀ l’écoute de cet album, vous virevolterez entre la salsa, le rock, la musique afro-péruvienne, la cumbia, mais vous vous laisserez aussi porter par les sonorités électro et reggae de ce petit bijou musical. De nombreux styles entremêlés mais toujours au service d’une ambiance solaire et enivrante. Les différentes influences du groupe sont maîtrisées, savamment équilibrées pour créer un rock-cumbia psychédélique des plus appréciables. Bareto nous fait profiter de ce qui se fait de mieux en musique alternative au Pérou à l’heure actuelle mais il nous ramène aussi aux origines de la traditionnelle cumbia péruvienne et vous donnera envie de découvrir ou redécouvrir ce genre musical…

Blue & Lonesome, Rolling Stones

Parce que je suis une grande fan des Rolling Stones, parcstonesblueandlonesomee que cet album est très bon, parce qu’ils reviennent à leurs racines et inspirations blues, parce que c’est du très bon blues, parce qu’ils l’ont fait en trois jours et que rien que pour ça, bravo les papys 😉 L’harmonica et la voix de Mick Jagger font beaucoup pour la beauté de cet album, prennent beaucoup de place mais pour le plus grand plaisir de nos oreilles…

Descender, Jeff Lemire

J’en parlerai bientôt dans un article spécial romans graphiques et comics, mais je le remets dans ma liste des tops car c’est mon méga coup de coeur comics de 2016 alors voilà! De très belles illustrations, une histoire prenante, un petit androïde qu’on a envie d’aider et d’aimer, des complots, des rebellions, des robots, du bonheur !

The time before, Cyril Bonin

1958, New-York. Walter Bennedict, photographe professionnel, se voit offrir par un vieillard un talisman qui lui permet de revenir dans le passé, à n’importe quel moment où il souhaiterait rectifier une erreur qu’il pense avoir commise. Ce cadeau tombé du ciel lui permettra-t-il de mener une existence parfaite ou est-ce un cadeau empoisonné?9782818935514

Cyril Bonin crée une ambiance : le New-York des années 50 est retranscrit en couleurs pastel et sépia avec ses voitures et ses vêtements rétros. Les personnages sont touchants, très humains. La plume est solide, le trait presque fragile, fin et délicat, et le pinceau élégant. Les retours en arrière sont savamment orchestrés et on revit une sorte de vie sans fin mais avec plaisir….

 

Paul dans le Nord, Michel Rabagliati

Et bien j’en parlerai bientôt aussi mais je le redis, c’est un roman graphique que j’aime beaucoup et qui est à déguster, comme tous les autres Paul de cet auteur ; drôle, touchant, parlant, nostalgique, beau à regarder !

La poudre d’escampette, Chloé Cruchaudet

Une BD jeunesse à lire dès 6 ans, à offrir, à partager, à dévorepoudre-d-escampetter, à déguster.

On suit un groupe d’enfants qui se construit un bateau pour descendre le cours d’eau pas loin de leur cachette secrète. On suit leurs plans, leur création, leurs batailles avec des bateaux ennemis, leurs cris de joie, leurs secrets. On se situe vraiment entre l’album et la BD, avec des illustrations qui prennent toute la place dans ce  grand format aux dessins doux, comme tracés à la craie grasse, au trait souple, aux couleurs pastel et qui sentent bon l’enfance!

Pico Bogue, carnet de bord, Dominique Roque et Alexis Dormal

pico-bogue-tome-9-carnet-de-bordLe dernier tome de Pico Bogue, qui comme tous les autres, attendus avec impatience, m’a beaucoup plu ! J’adore ce petit garçon un peu brouillon et sa sœur un peu chipie (la petite Ana Ana qui a sa propre BD aussi) qui font plein de bêtises, qui se goinfrent de gâteaux, qui se disputent, qui posent à leurs parents, les pauvres, des questions existentielles sur la vie. Des personnages drôles, rêveurs, mélancoliques et colériques qui nous ramènent à nos rires et interrogations d’enfants. Le trait un peu « fouillis », crayonné, plein de vie, les couleurs douces et les dessins expressifs ajoutent du charme et du rythme à tout ça ; je ne m’en lasse pas !

 

 Les disparus du Clairedelune, Christelle Dabos (suite des Fiancés de l’hiver)

Christelle Dabos nous livre la suite de sa saga La Passe-miroir (le premier tome, « les fiancés de l’hiver » avait obtenu le prix Gallimard du premier roman jeunesse) ; un petit trésor aussi appréciable que le premier tome, voire encore mieux car les personnages sont encore plules-disparus-du-clairdelunes forts, et l’univers plus profond. Dans le premier tome, l’auteure plantait le décor d’un monde qui a explosé en une multitude d’arches abritant différents peuples ayant chacun des pouvoirs spécifiques et une manière de vivre bien particulière. La jeune Ophélie vivant sur Anima a le pouvoir de donner vie aux objets et de passer à travers les miroirs. Elle est timide, rêveuse et rejette tous ses prétendants jusqu’à ce qu’elle se voit marier de force à Thorn, un habitant du pôle, de la Citacielle, froid comme un iceberg, dur et sauvage comme un loup. Elle se voit contrainte de le suivre jusqu’au pôle où péripéties, complots, accidents et aventures vont s’enchaîner. Dans le tome 2, le mariage va bientôt avoir lieu mais Ophélie se retrouve au milieu d’une histoire de disparitions mystérieuses, de naissances maudites, de pouvoirs venimeux, d’ennemis enchantés. Le monde créé par Christelle Dabos est magique, magnifique, cruel mais très intelligemment construit. Les personnages sont complexes, attachants, l’histoire se dévore! C’est un roman jeunesse mais tous les vieux (suivez mon regard) pourront l’apprécier à sa juste valeur car il est tout simplement super!

 

Futu.re, Dmitry Glukhovsky

Dans un futur lointain, les hommes ont réussi à arrêter le processus de vieillissement et la planète est totalement surpeuplée. Pour gérer tout ce petit monde, il existe la Loi du Choix : si on souhaite tout de même avoir un enfant dans ce monde invivable, on doit accepter de se faire injecter un sérum pour vieillir à nouveau et, à terme, mourir. La Phalange, groupe de paramilitairecouverture-de-futu-re-de-dmitry-glokhovsky-avec-un-masque-d-apollon-ou-plutot-un-masque-de-meduse-de-gorgo-sinistre-et-fatal_5421447s qui doit faire appliquer cette loi, compte parmi ses rangs des enfants issus de familles de « rebelles » mais formatés et enrégimentés, parmi lesquels Matricule 717. Lors d’une mission spéciale au cours de laquelle il est censé exécuter le chef des rebelles et sa fiancée enceinte, rien ne se passe comme prévu et ça va entraîner notre anti-héros dans un tourbillon, une série de mésaventures, de fuites, de choix, de désillusions… C’est un roman qui marque ; dur, trash, bouleversant, cruel, mais aussi poignant, émouvant, humain. Très bien écrit, ce gros pavé nous embarque et on le lit de bout en bout, hors d’haleine, car c’est très, très bien fichu !

Numéro 11, Jonathan Coe

Alors je mets le dernier de Jonathan Coe mais simplement pour vous déclarer mon amour absolu pour cet auteur dont j’adore tous les romans. Celui-là n’est pas forcément le meilleur mainumero-11-quelques-contes-sur-la-folie-des-tempsm377891s il est très bien car il y a cette plume cynique, cruelle et mélancolique, poétique aussi parfois. Ici Monsieur Coe nous livre des portraits croisés de plusieurs personnes et, dans chacune de leurs vies, le numéro 11 revient par petites touches, tout comme les histoires d’amitié, de confiance, de désillusion, d’amour, d’argent, dans une société qui semble malade, décrite de manière acérée par l’auteur. On retrouve les ingrédients que j’aime et que j’adore chez cet auteur, et je vais de ce pas relire mes deux préférés La pluie avant qu’elle tombe et Expo 58.

 

Théo chasseur de baignoires en Laponie, Pascal Prévot

J’adorais le titre, j’en avais beaucoup entendu parler et du coup…bah j’étais sceptique ! Mais en fait non, c’est vraiment canon! J’adore le côté complètement absurde de ce petit roman pour la jeunesse : Théo est un petit garçon qui donne un coup de main à son père, chasseur de baigtheo-chasseurnoires, au cours d’une mission en Laponie à la recherche de deux baignoires sauvages et dangereuses ! Une fois qu’on rentre dans le délire de Pascal Prévot on n’a plus envie que ça se termine, notamment les récits de chasse du papa à coup de lavabos furieux et de robinetterie enragée. Théo quant à lui apprend le métier et se débrouille comme un chef. Tout ça agrémenté de châteaux, de montgolfières, de morue, de premiers amours, d’héroïsme et d’un humour décapant ! A dévorer dans son bain…

 

This is us

Petite pépite de cette fin d’année. Je n’en dirai pas trop sur cette série car je risque de spoiler tout le monde. Nous suivons au départ plusieurs personnes qui sont nées le même jour, mais ce n’est pas la seule chose qui les relie…. Tadadaaaa suspense. Ce qu’il faut savoir c’est que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas vu une série en passant du rire aux larmes toutes les 5 minutes, avec des personnages bien construits, attachants, des dialogues très bien écrits, de très bons acteurs, des histoires de vie qui nous touchent, nous charment et nous font marrer. Je suis déjà accro !

 

The last man on earth

Troisième saison cette année pour cette série délirante créée par Will Forte. En 2020, l’espèce a été exterminée par un virus et Phil se retrouve seul survivant à Tucson alors il parcourt le pays en camping car et en slip pour retrouver d’autres survivants… Dans la première saison, on suivait ses grands délires de mec tout seul sur Terre qui n’a plus rien à perdre, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il n’était pas tout seul et à partir de là, les situations gênantes, cocasses, maladroites, délirantes s’enchaînent. J’avais eu un peu plus de mal avec la saison 2 car je commençais vraiment à avoir envie de foutre des baffes au personnage principal mais la saison 3 revient sur du très bon! On rigole, on se désespère de leur bêtise, on a des fous rires et de nouveaux rebondissements très gamins nous enchantent !

 

Captain Fantastic

On suit une famille dont les parents ont décidé de vivre à la marge, au milieu de la nature, à vivre de chasse, de pêche, de lectures humanistes, de joies simples… jusqu’à ce que la mère, bipolaire, soit hospitalisée en ville et où le scénario doit changer. On suit la confrontation des enfants à une société qu’ils n’ont presque jamais connue, la rage d’un père qui refuse le changement, l’incompréhension de la famille citadine, l’espoir et les rêves des enfants. Viggo Mortensen nous illumine tout ça en père de famille idéaliste et voilà, je craque ! Une fin un chouia décevante mais un film qui change, qui remue et qui aère !

 

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Je n’avais pas lu le livre, j’adore Tim Burton et Eva Green, et l’ambiance un peu steampunk fantastique me donnait très envie… Et je n’ai pas été déçue ! On se laisse complètement emporter par l’histoire de ce jeune garçon qui découvre, sur une île où il passe quelques jours, une faille qui le fait accéder à un monde parallèle dans lequel le temps s’est arrêté et où Miss Perigrine protège des enfants hors du commun et en danger. Bien sûr le danger va débarquer et nous on se fait embarquer dans ces péripéties et la réalisation précise et envoûtante de Tim Burton n’y est pas pour rien. Un bon divertissement qui m’a donné très envie de lire les livres…

 

Comme des bêtes

Bah oui j’ai adoré  ! Je sais que ce n’est pas le meilleur dessin animé de tous les temps mais j’ai beaucoup aimé le principe de ces p’tites bêtes qu’on suit quand leurs maîtres ne sont pas là! Surtout que sur leur route ils rencontrent plein d’autres bêtes tantôt hilarantes, tantôt effrayantes, tantôt comiques contre leur gré. Des dessins doux et très expressifs, des gags à gogo, une petite histoire mignonnette là-dessous, moi ça me botte! Il y a un petit air de Toy Story mais bon, moi j’en redemande 😉

 

Ratchet & Clank

Un bon jeu d’aventure multi-joueurs dès 7 ans dans lequel on suit, dans une galaxie lointaine, Ratchet, une sorte de renard mécanicien qui rêve d’aventures, son acolyte le petit robot Clank, et le capitaine Qwark, un géant plein de muscles, vantard et rigolo. Au fur et à mesure des aventures, on doit échapper à de gros méchants, on rencontre des personnages bizarres, mais surtout…on a plein d’armeratchet-clanks pour détruire des caisses pleines de boulons qui valent de l’or et pour zigouiller les méchants. Les graphismes sont vraiment très sympas, ce qui aide à s’immerger complètement dans le jeu. Le scénario est simple et l’idée aussi mais c’est addictif, prenant, ça fonctionne et ça plaît! Dès 7 ans jusqu’à au moins 107 ans !

Application Thinkrolls

Pour finir, une petite appli sympa pour les petits (et les plus grands) que j’ai découverte cette année! Thinkrolls part d’un principe tout simple, nous sommes de petits bonhommes boules qui doivent descendre d’étages en étages et le moyen d’y arriver se complexifie à chaque niveau: pousser des tonneaux pour prendre appui, agrandir ou desserrer des accordéons pour passer en dessous ou faire des ponts… L’avantage pour les enfants (et pour les grands, je m’obstine et j’assume), c’est que c’est un jeu bien progressif, on se creuse la tête de plus en plus pour passer d’un étage à l’autre. Les designs sont bien mignons aussi et, pour l’avoir testé, le tout est addictif genre Tetris 😉

Je m’arrête là et je nous souhaite une autre ribambelle de coups de cœur pour 2017 !

2017

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s