Le rouge intense et d’autres histoires

Ici la parole est libre, les habitués sont invités à participer au blog !
Saviez-vous que la bibliothèque dispose d’un joli jardin, soigneusement entretenu par un de nos lecteurs ?
C’est lui qui vous en parle aujourd’hui, et il y en a, des choses à dire, sur ce petit jardin !

L’heure d’été. Les vacances sont à portée de main. La nature – et en particulier le petit jardin de Michel – ne connaissent pas ce mot : vacances. Arroser, planter, récolter, biner, sarcler, repiquer, composter et bien d’autres activités sont à faire en continu. L’attention en cet endroit insolite se relâche en ce moment et la nature reprend le dessus. Actuellement, je laisse la nature prendre le pas sur la culture. Départ imminent pour congé oblige…

poppy, coquelicot, pavot

coquelicot (détail)

Le rouge est tombé sous mes yeux !
Ce feuilleton s’inspire d’une rencontre ayant eu lieu au cours de mes activités journalières. Trois coups de pédale avant mon arrivée, je vois près de moi un homme ni particulièrement grand, ni particulièrement petit. En m’approchant, je découvre une figure maigre, barbe blanche, les cheveux relevés en chignon, la peau desséchée par le soleil, doté d’yeux bleus lumineux. Coiffé d’un chapeau de paille, il est sur le point de retirer avec ses mains ridées diverses plantes du parterre de fleurs.
Son métier ? Jardinier. Un métier de plein air où les indicateurs sont au vert avec une longue histoire. Son rôle ? Arracher et planter selon un plan. Après le « bonjour » et l’échange de quelques banalités, le bricoleur vert du week-end sympathise avec le professionnel. Je lui propose de m’occuper de ses fleurs flétries et de leur offrir une nouvelle « maison » dans le petit jardin de Michel.
Vous vous demandez probablement ce que j’ai à fricoter avec ces vieilles plantes en fin de vie ? La réponse est simple : écrire une nouvelle histoire. Sur les tiges, il y a des fleurs. Au milieu de fleurs, il y a des capsules. Dans les capsules, il y a des graines. Des milliers de petits point noirs qui portent un avenir en elles. Une nouvelle vie comprimée dans une petite sphère prête à rebondir la saison prochaine. Voyons voir si elles pousseront ; et comment… Les derniers pétales sont en train de tomber. La capsule sur sa tige sèche se prépare pour lâcher les graines par terre. Dans le petit jardin de Michel, elles vont être en bonne compagnie, avec d’autres plantes jeunes et moins jeunes.

poppy, coquelicot

Pavot après/avant la chute des pièces florales ; Capsule au bout de la tige du pavot.

La fleur dont je parle s’appelle pavot. J’ai donc récupéré auprès du maître jardinier quelques plantes déracinées que j’emmène dans un grand sac en plastique noir à la maison.

Après quelques jours de quarantaine forcée dans la baignoire, avec une humidité et une luminosité réduites, leur voyage se poursuit vers le petit jardin de Michel. Après l’installation des pieds vivaces ou pas dans le sol, j’arrose abondamment mais sans trop. J’ai mis de côté quelques graines pour semer l’année prochaine. Il y a environ 50 espèces de pavots. Des annuelles, des bisannuelles ou vivaces. Le plus connu est le Papaver rhoeas ou coquelicot qui doit son nom à sa ressemblance avec la crête de coq.

Voici quelques caractéristiques générales de cette plante qui appartient à la famille de Papavéracées :
Origine : Amérique du nord, Asie
Période de floraison : printemps / été
Couleur des fleurs : bleue, orange, rouge intense, jaune, blanc, rose
Exposition : ensoleillée à mi-ombre
Emplacement : prairie, au bord de chemins, dans le champ
Hauteur : 50 à 80 cm

coquelicot, pavot

Coquelicot sur l’ancienne voie de chemin de fer de la petite ceinture (Paris XX)

Ce rouge intense forme souvent, à l’état naturel, un grand tapis coloré visible de loin. Il a inspiré les peintres impressionnistes comme Claude Monet (1840-1926) qui l’a fixé sur la toile nommée Coquelicots, en 1873. Il emmène le spectateur sur une promenade à travers d’un champ lors d’une journée d’été.

Beaucoup de gens associent l’été avec le rouge intense du coquelicot. Pourtant, les premières fleurs apparaissent au printemps. Un autre membre de la famille, le pavot somnifère (pavot bleu), est cultivé à des fins culinaires. Ses graines décorent certains pains spéciaux et servent parfois d’ingrédient en pâtisserie.

baguette pavot

Pavot bleu sur une baguette apéro sésame/pavot.

Et puis, il y a l’histoire du « champ de coquelicot ». En France et en Flandres en Belgique, dans un paysage mutilé par de nombreux trous, ainsi que des réseaux de tranchées et de tunnels, une nouvelle forme de vie émerge. Nous sommes à l’époque de la Grande Guerre. Des plantes fragiles de couleur vive poussent en groupes autour de zone de bataille dans des champs de céréales, sur le bord des routes. Le coquelicot ! Depuis la fin de la guerre de 14-18, le coquelicot symbolise lors de commémorations le souvenir de ceux qui y ont laissé leur vie. Pas seulement en France, mais aussi par exemple en Angleterre où le 11 novembre est le Poppy Day (journée du coquelicot).

Un mot sur les différents cycles de vie des plantes : certaines sont annuelles ou bisannuelles et d’autres vivaces. Une plante annuelle est une plante qui réalise son cycle végétatif – de la germination à la mort – en moins d’un an (par exemple : Souci officinal, Coquelicot). Une bisannuelle réalise la première partie de son cycle végétatif lors de sa première année en ce concentrant sur la croissance de ces racines, puis termine son cycle la deuxième année ou elle séduit les yeux du spectateur (Pensée, Digitale). Les plantes qui fleurissent et vivent plus de deux ans sont nommées vivaces (Rose, Lavande).

_fragezeichenQuestion : Quel fruit est rouge comme l’amour, doux comme le péché ? Elle a des taches des rousseur sur la joue, pousse dans le petit jardin de Michel en été et a un si bon goût ? Cette plante appartient à la famille des Rosaceae.

Addendum : L’histoire dans l’Histoire.

les musiciens de Brême, bruno heitz

Les musiciens de Brême.

Les musiciens de Brême est un conte populaire des frères Grimm qui raconte la vie de quatre vieux animaux. Ils ont mené une vie d’animal de travail au service des humains. Leurs propriétaires respectifs estiment chacun aujourd’hui qu’ils ne sont plus en âge d’être utiles. Dans le contexte économique actuel, nous pourrions dire : ils ne sont plus rentables ou ils n’ont plus de valeur ajoutée. En s’échappant de « l’esclavage », ils se mettent ensemble sur le chemin pour une nouvelle vie, en laissant derrière leur « faiblesse ». Ensemble, ils se sentent fort, sont joyeux et ne craignent plus l’homme. Les quatre animaux forment une unité et chassent des voleurs, qui représentent le mal chez les hommes. Les héros sont des laissés-pour-compte : marginalisés et se dirigeant à la conquête du monde, qui ne les attend pas. Bien qu’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent, ils abandonnent leur plan faire une carrière de musiciens à Brême mais passent une modeste vie en liberté…

_ausrufezeichenLe nom de la plante vivace que nous avons cherché la dernière fois est Oxalis triangularis. Elle aime bien le soleil et a comme caractéristiques des feuilles triangulaire pourpres et des petites fleurs blanches ou rosées. Originaire d’Amérique du Sud, elle fait partie de la famille des Oxalidaceae.

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s