Livre de voyage – ou pas.

Si Sandra vous a peut-être mis l’eau à la bouche avec son article sur le Japon imaginaire, pour moi c’est un voyage bien réel qui s’annonce quand j’y serai en Novembre prochain…

Et je ne sais pas vous, mais pour moi un voyage se prépare à l’avance (mon côté control freak sans doute !), et ça fait même partie du voyage en soi, ce premier contact avec un pays, une ville qu’on ne connaît pas encore, à travers images et conseils (bien ?) avisés.

tokyo, tana éditions, guide tokyo, voyage tokyo

C’est ce qui va m’allécher, le guide de voyage c’est une petite (toute petite) fenêtre sur l’inconnu à découvrir.
guide voyage tokyo, voyage tokyo, tokyoMais je vous vois venir : bien sûr que le guide en guise de « petite fenêtre » coupe le panorama, qu’elle est tronquée et vous vend une image idéalisée qui ne colle pas toujours à la réalité.
Pourtant le guide de voyage reste toujours mon premier geste quand je décide d’une destination à découvrir : ce réflexe de me dire « Y a quoi à voir / Y a quoi à faire / Où est-ce qu’on mange / Qu’est-ce qu’on mange ? »
Beaucoup sont adeptes du « nez au vent », ce principe de se promener au hasard des rues, sans suivre un parcours fléché. Et après tout, pourquoi pas ? Est-ce que c’est vital de visiter les monuments-phares, là où les rues en disent bien plus long sur une ville ? Et les  belles découvertes ne sont-elles pas fortuites, encore plus mémorables parce que le résultat d’une déambulation sans but ?

Pourtant le guide, ce bon vieux guide de papier, qui sera écorné, dont on perd le plan détachable parce qu’il a été glissé dans la poche arrière d’un jean, celui qui nous fera râler (on ne retrouvera pas l’adresse du chouette resto, vu qu’on a oublié le numéro de la page): celui-là est le premier compagnon du voyage, rassurant et toujours là même quand vous êtes complètement largués au milieu de nulle part !

guide tourisme, tokyo, guide tokyo, CITIX60La preuve : pour mon voyage à New-York, je suis partie après avoir vérifié plusieurs fois mon paquetage : passeport, brosse à dents, appareil photo, sèche-cheveux (ne riez pas), et là le drame… J’avais oublié le guide. LE guide.
Du coup, la première chose que j’ai faite en arrivant à l’aéroport, ç’a été de racheter le guide. Le même. (#Obssession…)

Peut-être que le guide de tourisme vous accompagnera dans vos premiers pas pour mieux vous permettre de vous en émanciper dès que vous serez un peu plus à l’aise ? Peut-être au contraire que c’est un faux ami, comme l’explique très bien Camille du blog L’oiseau-rose ?

Comme toujours, je vais emmener d’autres livres (ou plutôt une liseuse, bien plus pratique en voyage !) que je n’ouvrirai pas. (Contradictoire dites-vous ?)
Cette année pourtant, mon voyage sera entrecoupé de nombreux trajets en train, certains de plusieurs heures. Traditionnellement, c’est le moment où je dors la bouche ouverte de façon gracieuse, mon passe-temps favori quand je suis en train / voiture / avion. Mais je ne désespère pas de trouver des romans à lire aussi, et peut-être avez-vous des auteurs japonais à me conseiller ? (Là comme ça, je ne pense qu’à Murakami, Amélie Nothomb pour Stupeurs et tremblements, et Aki Shimazaki grâce à Sandra)

guide tokyo, voyage tokyo, japon

Merci à Sarah, modèle pour l’occasion !

Et vous alors ?
Pour ou contre le guide de voyage ?

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Livre de voyage – ou pas. »

  1. Ping : Petites lectures japonaises | Louise et les canards sauvages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s