Coup de cœur : Le fils de l’ombre et de la femme oiseau

Le fils de l’ombre et de la femme oiseau … Le titre de ce roman donne un peu le ton qu’il va emprunter au fil des pages : à mi chemin entre la légende, le conte, l’épopée familiale, le récit de voyage, Alex Cousseau nous embarque en Amérique du Sud.

Le fils de l'ombre et de la femme oiseauLe point de départ de cette belle aventure se situe sur l’île de Pâques, perdue au milieu du Pacifique, avec la jeune Poki dont le rêve est de voler et de voir à nouveau pousser des arbres sur son île. Ses rêves vont l’emmener à tire-d’aile sur une autre l’île, celle de Sala y Gomez, où sa rencontre avec « l’ombre » verra naître Pawel, sous le ciel patagon.

carte amérique du sud

C’est son histoire, celle de Pawel, qui prendra ensuite le relais, celle des rêves de sa mère qu’il voudrait poursuivre, celle des siens qui font leur chemin, celle d’un amour imaginé et devenu réalité, celle d’un homme qu’on prendra toute sa vie pour un autre.

Alex Cousseau nous entraine dans une saga familiale qui s’étend sur plus d’un siècle, suit 3 générations et parcours 4 pays (Chili, Argentine, Bolivie, Pérou) ; on croise des révolutionnaires boliviens, les machines volantes des frères Wright et Butch Cassidy et le Kid.

Butch Cassidy et le groupe Wild blunchUn roman qui commence avec en exergue une citation de Jim Harrison « La tête est une ancre de nuages que les pieds doivent suivre. Voyagez léger, dit-il, ou ne voyagez pas. » ne pouvait que me plaire, me suis-je dit. Et en effet, Alex Cousseau m’a embarquée au-dessus des océans, en Patagonie à dos de mulet et sur l’Amazone en pirogue avec un talent de conteur hors pair.

Découpé en courts chapitres, la lecture de ce petit pavé de 427 p. est fluide, rythmée. Peut-être trop contemplatif, pour certains, ce récit (composé d’une multitude d’histoires inscrites dans la « Grande Histoire ») prend son temps tout en délicatesse et finesse (je suis de ces adeptes d’une éloge de la lenteur et du temps qui coule plutôt qu’il ne court). L’écriture poétique d’Alex Cousseau se prête parfaitement à ces rêves de voyages, à ces quêtes initiatiques qui portent tous les personnages vers des destins épiques, fabuleux et inspirants.

Publié dans une collection pour adolescents (« doado » aux éditions du Rouergue) ce roman trouvera sa place dans le rayon Young Adult de la bibliothèque, suivez ceci

YoungAdultIl est des romans qu’on ne sait jamais trop où ranger pour qu’ils trouvent leur public, « Le fils de l’ombre et de l’oiseau » en fait partie ; alors que vous soyez adolescent, adulescent, young adult, adulte, entre deux âges, ou je ne sais encore quel qualificatif, laissez-vous tenter par cette belle aventure !

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Coup de cœur : Le fils de l’ombre et de la femme oiseau »

  1. Ping : Voyage imaginaire : le Chili | Louise et les canards sauvages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s