Louise et les canards pas si sauvages… la participation des usagers à la bibliothèque

22666073632_9ba487a152_z

Il y a quelques semaines, nous avons reçu à la bibliothèque, un mail qui avait un petit parfum de sirop d’érable :

« Bonjour,

Je suis bibliothécaire aux Services aux milieux documentaires (SMD) de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). […] J’aimerais savoir si vous seriez intéressé à faire une court exposé, en vidéo conférence, au sujet de la démarche participative que vous privilégiez à la bibliothèque Louise-Michel ? […] »

Bon, nous étions un peu déçus qu’il n’y ait pas de billets d’avion en pièce jointe parce que nous serions bien allés parler de la bibliothèque directement à Montréal, mais le format vidéo, vous nous connaissez maintenant, ça nous correspond bien aussi.
Vous le savez (enfin on espère), à la bibliothèque Louise Michel, vous êtes invités et même incités à participer à l’organisation et au fonctionnement du lieu, parce que nous considérons que cette bibliothèque est avant tout VOTRE bibliothèque. C’est la fameuse « participation » dont on entend beaucoup parler par les temps qui courent et que nous essayons de mettre en pratique au quotidien dans les différentes activités de la bibliothèque.

Nous avons donc répondu oui, d’abord parce que rendre visible notre travail auprès d’autres professionnels est quelque chose de fondamental pour nous, c’est une façon de rendre un peu de l’inspiration que nous avons prise auprès de tous ces collègues qui partagent aussi ce qu’ils font (merci à eux !), et ensuite parce que ce type d’exercice est toujours une bonne occasion de prendre du recul sur nos propres pratiques.

Restait à réfléchir – écrire – tourner 15 min. de film pour raconter tout ça à d’autres bibliothécaires à l’autre bout du monde.

DSC09068

Lorsqu’on parle de communication à la bibliothèque, nous avons trois objectifs : Informer, Divertir et Créer. Parce que justement communiquer ce n’est pas qu’une histoire de donner une information. C’est parvenir à travailler l’image de la bibliothèque, à la doter d’une patte reconnaissable, et favoriser ainsi l’appropriation du lieu. C’est aussi être en cohérence avec notre façon de travailler et d’accueillir : avec bienveillance et humour, sur un ton personnel, et en favorisant les rapports de personne à personne plutôt que de l’institution à l’usager. Et puis cela nous permet de mettre les talents de l’équipe en avant, d’utiliser toutes ces compétences créatives qui sortent un peu de notre cadre d’emploi …

On s’est mis au boulot, à dégager un axe d’abord, qui nous permettrait d’explorer ce thème de la participation. Et c’est loin d’être évident parce qu’au final l’essence même de la participation à la bibliothèque, de l’implication du public dans le projet, les services et les activités est quelque chose de diffus. Et de difficilement montrable. Ce sont toutes ces discussions, tous ces échanges, tous ces moments où, ensemble, on fait la bibliothèque. Où on parle de vous, de ce que vous faites, de ce que vous voulez apporter à la communauté. Où concrètement vous nous donnez des pistes sur les espaces, les collections ou les services de la bibliothèque… Ces moments où les liens se créent pour que justement le “vous” et le “nous” s’entremêlent pour devenir vraiment la communauté de la bibliothèque.

Alors on a essayé de rendre cet esprit dans ce qu’on a montré. On a sélectionné quelques ateliers, lieux, services qui pourraient se prêter à l’expérience de la démonstration : le Café de Louise, les jeux, la Tutotek, la communication… Et on y a ajouté le discours que nous avons construit au fur et à mesure des 5 années qui se sont écoulées depuis l’ouverture (déjà !).

Ce qui nous caractérise dans notre façon de travailler, c’est notre spontanéité (et notre humour douteux). On fait les choses vite, en les ayant pensées en amont, mais sans plan précis d’exécution. Là on a essayé de faire différemment : on a écrit un storyboard très précis pour définir de quoi on allait parler, qui allait parler, comment on allait filmer ça, quelles images on allait utiliser pour illustrer… Et c’était bien nécessaire ! Pour les 20 minutes finales, ce sont pas loin de 200 vidéos, soit près de 5h d’images, qui ont été tournées (le tout en trois grosses demi-journées). Des images qu’il a fallu visionner, trier, couper, monter (là ça a pris un peu plus longtemps) …

Ces moments de tournage ont été vraiment chouettes, nous donnant un autre prétexte pour discuter, décortiquer et analyser ce que nous étions en train de faire. Et les interviews de Claudette, Carole et Stéphane ont été des moments là aussi très agréables: merci à vous trois pour vous être prêtés aussi simplement et gentiment au jeu, merci pour votre enthousiasme lorsque vous parlez de la bibliothèque, et merci de participer à faire la bibliothèque !

(Et si vous avez un œil averti, vous aurez reconnu Vincent Chapdelaine qui fait un caméo involontaire, mais que nous remercions chaleureusement ! Vincent tu nous inspires grandement !)

Ah et dernier remerciement à Scott Holmes dont nous avons joyeusement utilisé la musique, par le biais de ce magnifique outil qu’est la licence Creative Commons (vous pouvez le retrouver en ligne ici et ).

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Louise et les canards pas si sauvages… la participation des usagers à la bibliothèque »

  1. Ping : Louise et les canards pas si sauvages… l...

  2. Ping : Nouveaux usages | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s