Les gens dans l’enveloppe

4762180_6_ca47_l-une-des-photos-de-l-enveloppe-achetee-par_9718aa442098ad62ac9a8b2fa8509d87« Au début, ce n’est pas un livre, ni deux, ni rien. Au début, c’est juste une grande enveloppe blanche qui arrive par le courrier. Au début, on ne sait même pas pourquoi elle est là. Voilà, c’est juste une enveloppe.
En juin 2012, pour une poignée d’euros, j’ai acquis sur un site de vente aux enchères un lot de 250 photographies de famille, dont une soixantaine de Polaroïd.
Elles sont banales, souvent mal cadrées et parfois à contre-jour. Elles ont été prises entre les années 1960 et le tout début des années 2000. […]
Ces photographies sont ordinaires, familières et universelles. Elles m’émeuvent.

Un jour, c’est au printemps de l’année suivante, je me réveille et l’idée est là, au milieu de la vie. […] L’idée est simple : je dois raconter les gens dans l’enveloppe, les raconter autant que l’on peut, jusqu’à ne te fatigue pas tu ne peux rien en dire de plus. Je sais faire deux choses : inventer des histoires et enquêter. Romancière, journaliste, deux vies. Je sais imaginer des personnages, entendre leurs voix ; je sais retrouver des gens et les écouter.
Dans l’enveloppe, il y a tout de suite deux livres, un roman et une enquête. »

C’est ma collègue Hélène (elle se cache derrière le mystérieux pseudonyme « Hélène la brune » !) qui m’a donné envie de lire ce roman en premier. Il est si facile de se laisser influencer par les collègues qui ont un élan pour un livre et savent si bien vous le vendre !

DSC08218Mais en y réfléchissant, je pense que j’avais déjà une inclinaison pour ce roman car les vieilles photos, c’est un peu ma marotte.
Cet élan inexplicable qui me pousse à compulser les vieilles photos en noir et blanc sur les étals des brocanteurs, ce moment où on met le doigt sur ce détail incongru qui rend la photo plus « vivante », plus authentique : quand cette petite fille, dans une attitude toute enfantine, arbore quand même un chignon de dadame. Quand ce bébé, apprêté et mis en scène par le photographe, louche et devient du coup plus « réel »….
Mais même sans ces fameux détails, les photos parlent. Toujours.

En creux, elles témoignent d’une époque, d’une vie de famille, de ces évènements considérés comme marquants ou non, de certaines modes vestimentaires… Elles parlent aussi de ceux qui les achètent, car pourquoi achète-t-on des photos d’inconnus dans un vide-grenier ?

DSC08219Pas d’auto-analyse ici, juste cette idée que oui, en regardant une photo, on peut en apprendre beaucoup sur ceux qui y figurent, on peut aussi apprendre sur soi-même quand on cherche à savoir ce qui nous pousse à nous arrêter devant telle scène de famille, ou devant telle photo de mariage.
Et c’est aussi ce qui semble avoir animé la démarche d’Isabelle Monnin, quand elle évoque sa sœur disparue à qui elle aimerait raconter son étrange épopée…

Revenons un peu au livre, ou plutôt, aux livres : la fiction autant que l’enquête, avec cet album de famille imprimé comme un  pont poétique tendu entre les deux récits, se révèlent tout à fait captivants.

Empreinte d’une certaine nostalgie, la fiction fut agréable à lire; mais je lui ai préféré de loin la partie « enquête », qui se lit avec un suspense grandissant : l’auteure arrivera-t-elle à identifier cette famille à qui elle a imaginé une histoire ? A partir de bien maigres éléments, comment retrouver des personnes figurant sur de vieux clichés, sans aucun nom ?

Retrouvez ce livre inattendu de la rentrée littéraire à la bibliothèque.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les gens dans l’enveloppe »

  1. Ping : n°02 – novembre 2015 | Louise & Michel

  2. Ping : Mais qu’est ce que je vais bien pouvoir lire cet été ? | Louise et les canards sauvages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s