« Alpha », tragédie des migrants

« J’imagine que l’Europe, c’est beau mais aussi très froid. Il n’y a pas de poussière comme en Afrique. Les routes sont en bon état. C’est sûrement plus propre que chez moi. Je pense que l’Europe est un bon endroit pour vivre. »

indexSur ces mots s’ouvre l’album poignant de Bessora et Barroux.

C’est l’histoire d’Alpha, il décide de quitter la Côte d’Ivoire pour Paris, Gare du Nord. Sa femme et son fils l’ont précédé il y a six mois déjà, mais il n’a pas de nouvelles. Pas de visa. Des années de voyage peut-être, terres, mers, épreuves. Pour les femmes c’est encore pire, elles risquent  viol, violence, vendent leurs corps pour presque rien, espèrent un amour sur les routes de poussière qui les sauverait. Il y a aussi ces rencontres avec des compagnons d’infortune, la belle Abebi, le petit Augustin, enfant seul qu’Alpha tente de protéger. Le dessin au lavis et feutre de prime abord enfantin, trompe la dureté amère, parfois insoutenable du récit. Jamais larmoyant.

alpha

On apprend beaucoup  à travers les yeux d’Alpha : ce que peuvent traverser les migrants semble plus concret. Gare du Nord pour horizon ultime, promesse illusoire qui permet de tenir un temps. Elle s’évanouit souvent à l’arrivée : car qu’y trouvent-ils ? Quelle place leur réserve-t-on ?

alpha

Cet équilibre ténu entre une écriture pure, précise, directe et ce dessin étonnant, pas ou trop facile de prime abord, constitue la grande réussite de l’album, qui non seulement rend compte d’une réalité difficile à appréhender, mais aussi d’un paradoxe tragique :

 » Le jour du départ je suis heureux comme pour une naissance, mais je suis aussi endeuillé, comme si quelqu’un était mort.(…) Je meurs de quitter mon pays. »

Et ce roman graphique répond partiellement, avec une grande pudeur à la question : pourquoi tout risquer, tout quitter, pourquoi partir si c’est pour en mourir ?

 » Tu peux être sûr de ce qui t’attend si tu ne pars pas : rien. »

Colle douloureusement à l’actualité.

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Alpha », tragédie des migrants »

  1. Ping : n°00 – septembre 2015 | Louise & Michel

  2. Ping : n°00 – septembre 2015 | Louise & Michel v2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s