Mary Bell, l’impensable

C’est un livre que je n’aurais jamais pensé lire, un livre vers lequel je ne me serais jamais tournée, si une libraire avisée ne me l’avait pas mis entre les mains.

Mary

Sur la couverture, on devine à travers une photo au grain épais un visage d’enfant, plutôt mystérieux puisque le titre suggère déjà quelque chose, une ambiguïté, un doute : Une si jolie petite fille… 

Un polar ?
Un nouvel auteur à découvrir ?

A rebrousse-poil de ce que j’avais imaginé, il s’agit d’un récit de la vie de Mary Bell, connue en Angleterre pour avoir tué deux petits garçons alors qu’elle était elle-même âgée de 11 ans.

Difficile de ne pas être sceptique sur l’éthique d’un tel document – Les parents des enfants disparus veulent-ils vraiment revivre un tel épisode de leur vie à travers la parution d’un livre ? Est-il juste de rémunérer l’auteure de deux crimes pour qu’elle accepte d’en parler ? -. Mais Gitta Sereny, la journaliste qui mène l’interview de Mary, s’est aussi posée la question, et suscite l’empathie de son lecteur malgré l’extrême sensibilité morale du sujet.

Car elle le dit elle-même : « Rien de ce que m’a dit Mary, rien de ce que j’écrirai ici ne saurait être interprété comme une excuse pour ce qu’elle a fait. »

Pour autant, d’autres questions se posent, et seront déterminantes pour le lecteur qui décidera ensuite de poursuivre sa lecture ou pas : « J’ai souvent été tentée de voir [Mary] comme si elle n’était pas une seule mais deux personnes : l’enfant et l’adulte. Or, bien sûr, ce n’est pas le cas. Elle est une, comme nous tous, du moment où nous venons à la vie jusqu’au moment où nous la quittons.
Ainsi,[…] j’ai accepté que le mystère commence par cette question : qu’est-ce qu’un tiers peut, consciemment ou inconsciemment, introduire chez un enfant, qui le conduise à des actes profondément incompatibles avec la bonté intrinsèque de l’être humain ?[…] Un enfant, fille ou garçon, peut-il […] avoir la force de se révolter s’il a été privé d’affection ou abusé par un membre de sa famille d’accueil ? Et encore : est-il possible que des enfants s’entraînent mutuellement vers leur total effondrement moral ?
Mary représente un autre mystère : comment un enfant peut-il agir d’une manière qui lui sera proprement inconcevable une fois adulte ? Y a-t-il dans l’esprit humain, les nerfs, le cœur, quelque chose qui possède le pouvoir de détruire ou de paralyser, puis de récréer ou rétablir, la moralité et la bonté ? J’ai eu et j’ai toujours l’espoir de trouver des réponses à ces questions, aussi monumentales soient-elles, grâce à l’examen minutieux de la vie d’une enfant en particulier. Il est important de garder ces sujets à l’esprit lorsque vous lirez ce qui va suivre. »

L’avertissement est donné, le garde-fou moral édifié, le lecteur peut donc lui aussi plonger dans le témoignage de Mary avec en tête, ce défi à relever : comment comprendre l’impensable, comment imaginer qu’une enfant de 11 ans puisse tuer deux petits garçons? Qui est Mary, quelle est son histoire ?

C’est un portrait psychologique fouillé et passionnant, traité comme une véritable enquête, que nous propose la journaliste. Entre la recherche des faits et du mot juste de la part de Gitta Sereny, et les aveux sincères de la part de Mary Bell, « Une si jolie petite fille » résonne encore longtemps en nous, même lorsque le livre est refermé.

une-si-jolie-petite-fille,M167075

Retrouvez le livre à la bibliothèque.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s