L’amour mais pas gnan-gnan

S’il est parfois difficile de parler d’un livre qu’on a aimé, l’exercice se complique encore quand il s’agit du dernier livre d’Eric Reinhardt, favori pour le prix Goncourt 2014 …

L’amour, mais pas que.
L’amour, mais pas version fleur bleue : Meetic, les sentiments, le sexe, et même le versant malsain de certaines relations seront de la partie.

« L’amour et les forêts« , c’est l’histoire de Bénédicte Ombredanne, une lectrice d’Eric Reinhardt – qui se met donc en scène dans son propre roman – et qui réussit à capter l’attention de l’écrivain grâce à une lettre touchante, où se dévoile un peu de sa vie, juste un peu.

Qu’est-ce qui va pousser l’écrivain à rencontrer sa lectrice? Pourquoi Bénédicte a-t-elle ressenti le besoin de se confier à un inconnu, qu’elle ne connaît qu’à travers un de ses romans ?

En réalité, l’auteur a expliqué que « L’amour et les forêts est né de correspondances avec des lectrices après la sortie de Cendrillon » : le personnage de Bénédicte a été créé à partir de plusieurs rencontres, et souvent, à partir de confidences qui parfois se rejoignaient autour d’une relation toxique.

Je n’avais pas vraiment prévu de lire « L’amour et les forêts », mais une amie qui l’avait commencé a éveillé ma curiosité quand elle m’a expliqué qu’elle avait dû refermer le livre lors d’un trajet en métro, très troublée par la description d’un premier baiser.
Un vrai premier baiser de littérature, d’encre et de papier, qui donne des papillons dans le ventre, voilà qui était vendeur.

A mon tour j’ai plongé dans l’histoire, et après un début un peu déstabilisant, je me suis surprise à moi aussi fermer le livre, pour échapper à la tension qui y régnait, pour me détacher un peu de Bénédicte et de ce qu’elle traversait, parce que je ne suis pas bonne en apnée mais qu’ici il fallait tenir, tenir… Et pour le plaisir un peu masochiste, sûrement, de mieux y replonger.

La qualité d’écriture de Reinhardt est remarquable, tant dans le réalisme de ses personnages que dans la description de ces moments où tout pourrait basculer. Chaque mot semble pesé, pensé, calibré pour exprimer une idée précise : et ça fonctionne!

Et les forêts ? Pourquoi les forêts ?
Voilà venue la grosse ficelle qui consiste à dire que oui, vous allez devoir lire le roman pour le savoir !

Advertisements

2 réflexions au sujet de « L’amour mais pas gnan-gnan »

  1. Je confirme un roman écrit dans l’empreinte d’une histoire d’amour, laquelle glisse progressivement vers la soumission d’une femme en perte d’identité face à un mari pervers et déraisonné.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s