Punk Rock et mobile Homes : Devenez un canard à crête

DerfComme chacun le sait, il y a deux grandes catégories dans la typologie de la BD, selon le très sérieux « Emmet’s classification of serious books and the others, like comic books and games of thrones Fan Fictions » : Celles qui sont punks, et les autres.

Les premières sont les BDs cools, et les deuxièmes sont…au fond des bacs. Derrière les BDs cools. Mais ne nous attardons pas sur de vagues détails typologiques qui pourraient valoir à votre humble auteur quelques tirages d’oreilles pour vil plagiat de youtubeur, et passons aux choses sérieuses : une joyeuse exploration de la nouvelle pépite de Derf Backderf.

Soyons objectifs : Je ne suis absolument pas objectif quand il s’agit du monsieur Backderf, et sa précédente BD « Mon ami Dahmer » était déjà excellente. Les puristes argueront d’ailleurs qu’il ne s’agit pas de sa précédente BD, puisqu’il a écrit Punk Rock et Mobile Homes avant Mon ami Dahmer, mais les publications en France ont été inversées. Quelques ressemblances se trouvent d’ailleurs aisément entre les deux : le goût très assumé pour les scènes absurdes, un comique de situation jouissif, une certaine capacité à jouer du malaise du lecteur et un talent incroyable pour créer des personnages mémorables.baron 2

Cette fois, on est très loin de l’univers absolument glauque et malsain de la dernière BD –  évidemment faire une biographie des années lycées d’un futur tueur en série n’aidait pas – puisqu’il s’agit avant tout d’Otto, nerd génial et incompris qui devient une star sous le pseudonyme du Baron du microcosme punk de la banlieue d’Akron.

Amateurs de personnages hauts en couleurs, réjouissez-vous : Otto est l’incarnation même du nerd que nous avons tous voulu être (oui oui, même toi dans le fond avec ton T-shirt « Han Shot First »). Entre génie incompris et géant solitaire, il est l’incarnation même du type brillant et paumé, socialement dérangé (et dérangeant. Très). Passant de la fanfare de son lycée au comptoir du club Punk et New Wave de la ville, on assiste à la transformation du geek introverti en roadie Punk, parcours initiatique tordu à l’humour corrosif.

Le tout sur fond de vie lycéenne absurde dans une ville frappée par la crise économique des années 80 et ou plane une atmosphère d’étrange, comme si rien n’était vraiment à sa place. (Et surement pas le brave Otto)

baron

On notera aussi – car après tout, il est évident que les lecteurs d’un blog de cette qualité ne peuvent que faire partie eux mêmes d’une élite érudite, particulièrement en ce qui concerne la New Wave des années 80 – une avalanche de références musicales d’époque, avec un petit index à la fin pour être sur de remplir (grâceàvotregoutpourletéléchargementlégalTM) sa playlist pour l’année.

Canard PunkBref : Que vous ayez une crête, un poster de Firefly sur votre mur ou un goût immodéré pour l’humour délicatement trash, vous trouverez forcément votre bonheur. Car dans ce monde, il n’y a que deux genres de personnes, celles qui aiment les BDs qui parlent de Punk, et les autres. Les premières sont les personnes cools, les deuxièmes … Aussi, probablement. (Mais ils partent de plus loin)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s